3 Clés pour Sortir du Triangle de Karpman : Comprendre, Agir & Communiquer

par | Couple, Développement personnel, Enfants, Parents | 27 commentaires

Triangle de Karpman est le nom donné à une relation toxique mettant en jeu 3 protagonistes : la victime, le bourreau et le sauveur. Il s’agit d’un jeu de manipulation et de dépendance bien souvent inconscient au cœur de nombreux problèmes relationnels.

Nous expliquerons dans cet article en quoi consiste ce scénario relationnel, puis comment s’en extraire lorsque l’on se trouve prisonnier de ce Triangle Dramatique. Enfin, je vous propose de voir comment en parler en Famille afin d’assainir vos relations, celles de vos enfants et de votre conjoint.e.

Qu’est-ce que le Triangle Dramatique de Karpman ?

⭐ Le Triangle de Karpman est un jeu psychologique qui met en scène 3 acteurs qui trouvent une certaine complaisance dans leurs rôles respectifs.

La Victime

⭐ C’est cette personne qui se plaint sans cesse et objectera un « mais » à chaque proposition de solution qu’elle se verra énoncée.

  • Elle s’exprime souvent en généralisant les choses :

« Il m’arrive toujours des tuiles ! »
« Je n’ai jamais de chance ! »

  • Et évidemment, ses phrases sont très négatives à l’égard d’elle-même comme à l’égard des autres :

« J’ai beau tout faire à la maison, tu es toujours en train de me faire des reproches ! »
« Personne ne comprend mon problème, j’ai l’impression d’être inutile et j’en ai marre ! »

Vous voyez le topo ! Et ça ne fait pas rêver n’est-ce pas ?!

⭐ Pourtant, notre Victime se complaît inconsciemment dans ce rôle et tire même des bénéfices de sa situation désespérée de pauvre personne persécutée par un tiers (le fameux Bourreau dont on parlera ensuite) ou sur qui le sort s’acharne.

Comment ?

  • La Victime peut se plaindre et elle adore ça ! En tant que persécutée, ses complaintes sont légitimes et elle n’hésite pas à en abuser puisqu’elle estime être dans son droit. Elle cherche de l’aide car elle se sent impuissante.
  • La Victime attire ainsi l’attention. Si cette personne souffre de manque de considération ou tout simplement d’affection, c’est le mécanisme rêvé pour recevoir écoute, attention, conseils, tendresse, compassion et protection. Le Sauveur sera ravi de voler à son secours pour répondre à ses besoins.
  • La Victime ne souhaite pas reconnaître ses responsabilités. et n’a pas à faire l’effort de changer. Comme elle est la Victime, l’unique responsable de ses problèmes est pour elle le Persécuteur. Pratique ! Car cela lui confère l’image d’une personne irréprochable et elle n’a pas besoin de se remettre en question ou de changer son comportement.

Vous l’aurez compris, la Victime trouve un équilibre et un intérêt personnel certain dans son rôle. Elle n’a aucun intérêt à ce que la situation s’arrange car elle perdrait alors toute l’attention dont elle bénéficie.

Les excuses et complaintes lui servent donc d’arme secrète pour se victimiser et éviter absolument d’assumer ses responsabilités et faire face à ses réels besoins (souvent, un manque affectif).

« La victime de la manipulation mentale ignore qu’elle est une victime. Les murs de sa prison lui sont invisibles et elle se croit libre. »

Aldous Huxley

Rappelons tout de même que la Victime n’a pas conscience de son rôle. Selon le Triangle de Karpman, elle :

  • cherche à attirer un Sauveur qui la soulage de son malaise interne et lui apporte l’écoute et la protection qu’elle recherche.
  • choisit délibérément (mais de manière inconsciente) un Persécuteur qui la domine et lui permette de justifier son rôle de Victime. Le Bourreau n’est pas toujours une personne physique : les tâches ménagères et/ou le travail et/ou toute autre source de stress extrême pourront très bien endosser ce rôle.

Le Bourreau

⭐ Le Bourreau prend le rôle du Persécuteur, du dominant dans le triangle dramatique de Karpman.

Il s’adresse de manière agressive et aime contrôler et manipuler la Victime en la rabaissant.

« Tu es vraiment nul.le. Regarde, tu rates toujours ce que tu fais ! »
« Je suis tout le temps obligé.e de te répéter les choses. Tu ne comprends rien. Tu es bête et tu n’es même pas capable de… »
« Tu me fais honte. On ne t’a jamais appris à… ? »

Ça vous semble extrêmement stéréotypé et extrême ?
Pourtant, ce genre de personnes, il y en a plein les cours de récré, les salles de réunion et dans certaines familles.

Le Bourreau a besoin de cette domination par la violence (parfois même physique) pour se sentir puissant et légitime. C’est en écrasant sa Victime qu’il se sent fort.

« Persécuteur et persécuté sont identiques. L’un s’abuse en ne croyant pas avoir sa part de souffrance ; l’autre s’abuse en ne croyant pas participer à la culpabilité. »

Arthur Schopenhauer

Il aime décider des règles et de ce qui est bon pour lui ou pour les autres. Il ne cherche pas à être dans l’échange ou la communication ; il dirige et impose sa vision des choses de manière agressive, parfois même violente. Ainsi, le Persécuteur n’hésite pas à humilier sa Victime, à la dévaloriser et la critiquer ouvertement.

Ces pulsions agressives cachent pourtant une personne qui souffre et a une peur viscérale de ses propres émotions et des relations en général. Il a donc besoin d’une victime pour détourner sa peur et sa souffrance, et se sentir fort et valeureux.

Comme nous l’avons évoqué précédemment, le Bourreau n’est pas toujours une personne. Cela peut aussi être une tâche épuisante à réaliser ou une situation difficile telle qu’une maladie, un handicap, une addiction, etc.

Le Sauveur

⭐ Et Zorro arriva ! Ou SuperMan si vous préférez !

C’est évidemment le rôle plus gratifiant puisque le Sauveur représente celui qui, en apparence, vole au secours des autres. Le Sauveur cherche ainsi à avoir une bonne estime de lui-même et une bonne image auprès des autres.

Il apprécie que la Victime se repose sur lui car ainsi, il se sent utile. Le Sauveur aime qu’on lui fasse confiance et il se réjouit d’avoir quelqu’un de dépendant de lui.

C’est là tout l’ennui ! Le Sauveur joue le rôle du super-héros qui vole au secours de la Victime mais en réalité il cherche à avoir du contrôle sur elle en la rendant dépendante de son aide. Ainsi, dans le Triangle de Karpman, le Sauveur place la Victime en incapacité de s’en sortir sans sa présence.

Tout comme les autres acteurs de ce jeu inconscient de manipulation, le Sauveur se positionne en tant que tel pour oublier sa propre souffrance et ses besoins insatisfaits.

Il n’est pas rare que le Sauveur soit une ancienne Victime qui ressente un profond mal-être en reconnaissant une Victime. Devant cette situation qui résonne avec la sienne, il veut aider à tout prix, même quand on ne lui a rien demandé.

« Aucun être ne peut en sauver un autre. Il faut se sauver soi-même. »

Herman Melville

Le Sauveur demeure donc un sauveur relatif puisqu’il n’a en réalité aucun intérêt à sortir la Victime de sa situation de manière pérenne. Si le problème prend fin, il n’a plus de raison d’exister dans son rôle de héros et perd son image gratifiante (à ses propres yeux, et aux yeux des spectateurs de ce jeu de rôles).

 

Un Jeu psychologique au Mécanisme Complexe !

 

⭐ Chacun des protagonistes du Triangle de Karpman a besoin des autres pour exister et consolider sa propre position. Chacun se complaît dans son rôle, ce qui n’empêche pas les trois positions de ce triangle dramatique d’être douloureuses et source de conflits.

Il est important de noter que ces rôles ne sont pas figés et il arrive très souvent qu’ils évoluent en fonction du contexte, des personnes en interaction et des circonstances. Les rôles sont amenés à être redistribués lors de “coups de théâtre“, c’est-à-dire lorsque la situation qui devient insoutenable pour l’un des acteurs, lui fait alors endosser un autre rôle et modifie par là-même celui des autres.

Par exemple:

  • Un Sauveur épuisé que la Victime ne le laisse pas la « sauver » peut se transformer en Persécuteur.
  • La Victime lasse de voir le Sauveur tout décider pour elle, choisira éventuellement de basculer du côté du Bourreau.
  • Le Persécuteur pourrait ensuite adapter son rôle en fonction de l’évolution du Sauveur devenu Persécuteur et du Persécuteur devenu Sauveur. Il deviendrait alors potentiellement Victime lui-même.

Quoi qu’il advienne, si vous vous reconnaissez dans l’une de ces descriptions, il est temps de sortir de cette spirale négative destructrice. Le rôle que vous jouez vous éloigne de la personne que vous êtes vraiment. Vous ne vivez pas dans la réalité : vous vous inventez un mythe.

Eric Berne, père de l’analyse transactionnelle, identifie d’ailleurs quatre mythes en lien direct avec le triangle de Karpman :
1. « J’ai le pouvoir de rendre les autres heureux » (= Sauveur)
2. « Les autres ont le pouvoir de me rendre heureux » (= Victime)
3. « J’ai le pouvoir de rendre les autres malheureux » (= Bourreau)
4. « Les autres ont le pouvoir de me rendre malheureux » ( = Victime)
(Source : https://apprendreaeduquer.fr/)

Maintenant que nous avons décortiqué chacun des rôles et les mécanismes complexes de cette relation triangulaire perverse, il est temps de s’intéresser à comment sortir de cet engrenage.

Comment Sortir du Triangle Dramatique ?

Identifiez votre Rôle et Sortez-en !

  • Vous vous lamentez souvent sur votre sort ? Devenez acteur/actrice de votre vie  N’attendez pas des autres qu’ils vous prennent en charge lorsque vous êtes en difficulté. Soyez responsable de vous-même et de vos émotions afin d’arrêter de vous victimiser.
  • Vous avez une tendance à l’agressivité ? Veillez à tempérer votre colère quand vous n’êtes pas satisfaite.e du travail ou du comportement de votre entourage. Entraînez-vous à communiquer sans être humiliant ou autoritaire.
  • Vous aimez voler au secours des autres ? Rappelez-vous qu’aider et sauver sont deux choses différentes ! Demandez-vous lorsque vous avez envie d’intervenir : m’en a-t-on fait la demande ? Est-ce que je m’aprête à tout faire seul.e ou bien vais-je responsabiliser l’autre ? Veillez également à bien définir le cadre et les limites de cette aide.

(source : https://www.penserchanger.com/)

 

Clarifiez vos Intentions

par la Communication Non Violente (CNV)

 

  • Abolissez les généralisations : « toujours », « jamais », « tout le monde », « tout le temps », « personne », « encore »
  • Dites « non » aux sous-entendus : les autres ne sont pas dans votre tête et ne peuvent pas deviner ce que vous ressentez et ce que vous attendez d’eux.
  • Exprimez-vous avec clarté, sans laisser planer de doute ou d’ambiguité.
  • Évitez les reproches ou les attaques infondées : préférez vous exprimer en commençant les phrases par « je » (plutôt que le « tu » souvent accusateur).
  • N’entrez pas dans la sphère du jugement qui ne fera qu’envenimer la situation.
  • N’exigez rien d’autrui : demandez gentiment plutôt !

Apprivoisez vos Émotions

⭐ Elles sont au cœur de la souffrance de tous les acteurs du Triangle de Karpman. Les émotions sont pourtant l’expression de ce que nous sommes et de notre interaction avec le monde qui nous entoure. Agréables ou désagréables, elles sont utiles pour vous comprendre et comprendre les autres.

 

  • Restez à l’écoute de ce que vous ressentez, même si c’est douloureux. Une émotion n’est par définition que passagère et l’accueillir et/ou l’exprimer facilite l’évacuation de la souffrance qu’elle peut générer.
  • Exprimez régulièrement ce que vous ressentez : pour vous-même et pour les autres.
  • Évitez de juger les autres : tentez de discerner l’émotion que cache peut-être son comportement. Un enfant qui crie ou vous tape exprime peut-être simplement une frustration passagère. N’y voyez pas « une crise » destinée à vous faire tourner en bourrique !
  • Faites la part des choses entre les émotions qui vous appartiennent et celles qui ne vous appartiennent pas. Votre enfant est grogon ? Inutile que cela vous rende grognon. ! Vous savez que votre conjoint.e est en colère pour une problématique professionnelle et vous le voyez se décharger sur les enfants ? Sa colère n’est pas la vôtre : tentez de lui dire calmement qu’il est en droit d’être en colère mais que peut-être que les enfants n’en sont pas la cause. Puis, voyez la réaction de votre conjoint.e.
  • Recherchez l’Empathie (« que peut ressentir l’autre en ce moment ? ») et la Bienveillance (envers vous-même et envers les autres).
  • Apprenez à Ralentir dans votre Vie pour prendre le temps de vous relier à ce que vous ressentez et incitez par là-même votre famille à en faire autant.

Parler du Triangle de Karpman en Famille ?

⭐ Connaître les mécanismes de ce triangle dramatique permet d’aborder les relations avec un autre regard. En effet, il s’agit d’un jeu psychologique beaucoup moins rare qu’on ne le pense.

De l’école, au boulot, en passant par la maison ; de manière passagère ou bien solidement ancré ; le triangle de Karpman peut bouleverser nos vies sans même que l’on s’en rende compte. D’où l’intérêt d’en parler en Famille à titre préventif ou curatif.

 

Parler du Triangle de Karpman à vos Enfants

1. Le triangle est visuel alors n’hésitez pas à utiliser des petits dessins ou personnages pour illustrer votre propos. Vous pouvez même réaliser un poster avec vos enfants.

2. Les histoires que vous lisez en compagnie de vos enfants peuvent également être l’occasion d’identifier ces rôles et de laisser la parole à votre enfant sur d’éventuelles situations qu’il aurait vues ou vécues. L’intrigue des nombreux contes ou dessins-animés reposent sur le triangle victime-bourreau-sauveur : la belle au bois dormant, blanche-neige, shrek… etc.

3. Enfin, il ne s’agit pas de tyranniser nos enfants avec ce triangle ! Simplement les Sensibiliser à des comportements qui doivent les alerter pour les maintenir à l’écart ou les aider à sortir d’une relation qui les ferait souffrir :

  • Votre fils/fille vous parle d’un enfant qui le/la malmène ou terrorise d’autres enfants à l’école.

Voyez comment lui/elle se positionne ? (Fait-il/elle partie du triangle ou est-il simplement spectateur/trice ?). S’il/elle est impliqué.e, tentez de lui faire prendre conscience de son rôle et lui donner les clés pour en sortir.

  • Votre enfant a tendance à la violence ?

Essayez de voir la souffrance qu’elle cache (il n’est pas rare qu’un bourreau soit une ancienne victime). Prenez le temps de parler avec votre enfant, sans le réprimander sur son comportement. Invitez-le à l’empathie : que ressent x lorsque tu le mords ? Tentez de nommer les émotions ensemble : Que ressens-tu, toi, lorsque tu le mords ?

  • Votre enfant vous parle d’une victime qu’il/elle aide régulièrement ?

Voyez si cette aide est temporaire et vouée à aider l’autre à s’en sortir. Si ce n’est pas le cas, prenez le temps d’expliquer à votre enfant la différence entre aider et sauver. Rappelez lui son rôle d’ami.e et non de super-héro !

 

Parler du Triangle de Karpman à votre Conjoint.e

1. Il arrive que l’on n’ait pas conscience d’être emmuré.e dans une relation toxique triangulaire, et pourtant !

⭐ C’est l’histoire d’une mère de famille. Vous la connaissez !

Elle gère absolument tout à la maison (les enfants, la cuisine, le ménage, le linge, le repassage, les devoirs, les allers-retours aux activités et à l’école, la paperasse administrative, etc… : tout !).

Elle subit régulièrement les reproches de son mari et même de ses enfants :

  • « t’as encore oublié de repasser ma chemise blanche. Tu sais pourtant que j’en ai besoin. »
  • « encore du riz ? Mais tu le rates à chaque fois ! »
  • « t’arrive toujours en retard et je suis obligée de t’attendre »
  • « il est où mon survet’ ? Tu l’as encore mis où maman ? ».

Et elle ne se plaint pas devant eux : elle écoute, elle exécute et subit. C’est son rôle.

Mais au téléphone, lorsqu’elle discute avec sa mère ou avec ses amies, elle se plaint. Elle se plaint des trop nombreuses choses à faire à la maison. Elle se plaint que les enfants ne participent pas et son mari non plus. Elle se plaint de ne pas parvenir à gérer comme il faut, à s’organiser dans son quotidien. Elle se plaint aussi des reproches qu’elle reçoit parfois. Et avec un peu de chance, elle trouvera une oreille sauveuse qui la confortera dans ses lamentations et son apitoiement.

C’est un simple exemple. Et il ne s’agit pas de juger les différents protagonistes. Les avez-vous identifiés d’ailleurs ?

Oui ? Alors vous comprenez sans nul doute l’intérêt de faire un point sur votre relation familale et de prendre le temps de discuter avec votre moitié. Même si cette situation n’est pas la vôtre.

2. Parler du Triangle de Karpman peut également s’avérer utile pour faire un bilan sur son couple. Même si l’on n’entre pas dans un jeu psychologique de manipulation poussé avec son/sa conjoint.e, il peut arriver que l’on ait des tendances à se positionner dans l’un ou l’autre des rôles (inconsciemment toujours).

Encore une fois, il ne s’agit pas d’incriminer la personne qui partage notre vie et lui faire des reproches. Simplement peut-être revenir aux fondamentaux de la communication non violente proposés précédemment.

« Ayez le courage de poser des questions et d’exprimer ce que vous voulez vraiment. Communiquez le plus clairement possible avec les autres afin d’éviter les malentendus, la tristesse et les drames. Avec ce seul accord, vous pouvez transformer votre vie. »

Don Miguel Ruiz

⭐ Enfin, en parlant du triangle de Karpman avec votre conjoint.e, vous créez une opportunité de parler de votre famille plus largement :

  • Quelles relations entretenez-vous respectivement avec vos enfants ?
  • Dans votre vécu d’enfant, quel type de relation aviez-vous avec vos parents ?
  • Aujourd’hui, quelle relation entretenez-vous avec vos parents ? Vos frères et sœurs ?

Cela peut aboutir à des conversations difficiles, mais qui s’avéreront salvatrices sur le long terme.

Ce qu’il faut Retenir du Triangle de Karpman

  1. Comprendre le Triangle pour Assainir vos Relations
  2. Agir le cas échéant pour Sortir du Triangle Dramatique
  3. Communiquer avec votre Famille pour Prévenir les Risques

Je vous invite à diffuser le plus largement possible le schéma et le lien de cet article afin d’aider ceux/celles qui seraient pris aujourd’hui dans une relation destructrice à en sortir.

Merci pour votre aide et au plaisir d’échanger dans les commentaires ci-dessous.

⬇️   ⬇️   ⬇️

-

Cet article t'a plu ? Partage-le !

Articles similaires

L’AUTEURE DE CE BLOG

Bonjour et Bienvenue !

J’ai créé PARENTS EN ÉQUILIBRE dans un seul but : te libérer du stress, de la fatigue et de tout ce qui t’empêche d’être Zen et Heureux.se en Famille. Te permettre enfin de te sentir bien dans ton corps, ton coeur et ta tête.

Comment je vais t’aider ?

En écrivant des articles approfondis qui placeront ton bien-être en haut de la liste des priorités. Et en te livrant les clés indispensables pour prendre soin de toi durablement.

Au plaisir d’échanger,

Valentine Magnée

TÉLÉCHARGE TA VIDEO

Abonne-toi à la chaîne Youtube

⭐ Profite de cet événement exceptionnel ⭐

ARTICLES POPULAIRES

27 Commentaires

  1. Manon

    Wahouh ! Merci pour cet article super complet. Intéressant de se poser la question du rôle qu’on peut jouer dans une relation.

    Réponse
  2. Aline

    Génial ton article Valentine, super complet ! C’est drôle, quelqu’un m’a justement parlé de Karpman l’autre jour alors que je ne connaissais pas ce nom… Maintenant je sais tout, merci 🙂

    Réponse
    • Valentine Magnée

      Merci Aline. Je crois effectivement que c’est un nom (et surtout un mécanisme) qui gagne à être connu et diffusé pour aider un maximum de personnes à sortir de relations douloureuses et toxiques.

      Réponse
  3. Anne-Christine BARBEQUOT

    Hmmm…. merci pour cette piqûre de rappel. Je me suis formée à l’Analyse Transactionnelle il y a quelques années et ça fait du bien de lire un article aussi clair et complet pour me remettre dedans !

    Réponse
    • Valentine Magnée

      Bonjour Anne-Christine. Super ça ! Où t’es-tu formée à l’analyse transactionnelle ? Et qu’est-ce qui t’a été particulièrement utile dans ta vie de maman ?

      Réponse
  4. Thierry

    Très instructif cet article. TOP ! Je n’ai pas eu de mal à nous identifier à ce concept. Nous vivons actuellement de grandes tensions avec nos filles. La plus petite devient très agressive et perd le contrôle de ses gestes. Elle reproche à sa sœur de la persécuter en permanence. La grande sœur est donc la cause de tous les maux. Impossible de vérifier le niveau de véracité (?)
    Nous essayons au maximum de ne pas endosser le rôle de sauveur (nous ne le voulons pas), mais il est difficile de les laisser s’entre-tuer, non? 😉

    Réponse
    • Valentine Magnée

      Le Sauveur dans le Triangle de Karpman cherche à rendre la Victime dépendante de lui. Alors que vous cherchez simplement à aider vos filles à apaiser leur relation et à devenir autonomes. Pourquoi ne pas leur parler de la relation Victime-Bourreau, leur demander ce qu’elles en pensent, puis leur demander tour à tour si elles ont l’impression que cela colle à leurs rapports. Le cas échéant, leur proposer des pistes pour en sortir et retrouver plaisir et joie à être ensemble 🙂

      Réponse
  5. Aurélie Betsch

    Je ne connaissais pas du tout ce triangle de Karpman. Je trouve que ça met un nouvel éclairage sur des situations que j’ai pu vivre ou que j’ai pu voir. J’aime aussi beaucoup l’application que tu proposes pour accompagner les enfants. C’est vrai que quand mon fils me raconte un conflit ou un problème qu’il a eu avec quelqu’un ou qu’il a observé, je ne savais pas trop comment rebondir. Merci beaucoup.

    Réponse
    • Valentine Magnée

      Bonjour Aurélie. Ravie de pouvoir proposer des clés qui t’aideront dans le quotidien. Je suis convaincue que nos enfants, même petits, sont capables d’avoir une compréhension globale de ces rôles et de ce qui est en jeu dans ce type de relation. Je pense que cela peut permettre de sortir de la vision binaire gentil/méchant ou bien/mal et davantage mettre en lumière que derrière chaque comportement se cachent des émotions qui ont besoin d’être exprimées et entendues.

      Réponse
  6. Charlotte

    Merci pour cet article très intéressant. Je découvre le triangle de Karpman. Je ne me retrouve pas dans ce schéma, tant mieux !

    Mais ne sommes nous pas un peu des 3 ?

    Merci pour tous ces exemples et aussi ceux qui correspondent aux enfants car je pense qu’ils sont beaucoup confrontés à l’école à ce genre de personnalités.

    Réponse
    • Valentine Magnée

      Nous sommes capables de jouer les 3 rôles. Tout dépend des circonstances et des autres acteurs. Il s’agit de toute façon d’un mécanisme inconscient de domination/soumission qui peut se renverser à tout moment. Par ex, il n’est pas rare qu’une victime devienne persécuteur. On le voit notamment chez les enfants battus qui, adultes, reproduisent la spirale violente dont ils ont été victimes par le passé en se positionnant cette fois en situation de domination. Une façon de se faire justice… Ou encore des enfants harcelés qui deviennent à leur tour harceleurs pour sortir de leur rôle de victime, laissant bien volontiers ce rôle à quelqu’un d’autre.

      Réponse
  7. Jung

    Triangle de Karpman parfaitement expliqué.
    Je pense que je me servirai de ton article comme base pour l’expliquer à mes clients lors de mes crachins 😉
    Merci à toi pour cet article de grande qualité !

    Réponse
    • Valentine Magnée

      Bonjour Jung,
      Merci pour ces compliments et contente que l’article puisse t’être utile 😉

      Réponse
  8. Arthur Debons

    Intéressant de voir les choses de cette angles là, je me pose pas mal de question en ce moment en plus…
    Merci pour cet article 🙂

    Réponse
  9. Irène de mon Agenda Bien Etre

    Super article! Je connaissais ce triangle 😅, c’est la première fois qu’on propose des pistes pour en sortir! Merci 🙏. Comme quoi, la communication est la clé pour avoir des relations paisibles. Tu l’as dit le fait de ralentir le rythme de notre vie, nous permet de prendre le temps de discuter, à ne pas oublier 😊

    Réponse
    • Valentine Magnée

      La communication est la clé à bien des problèmes relationnels 🙂 mais pas toujours évident d’y aller parce que cela nous confronte à des émotions auxquelles nous ne sommes pas toujours prêt.e à faire face !

      Sortir du Triangle de Karpman peut également nécessiter un accompagnement par un tiers (un proche ou un professionnel) afin de faciliter la prise de recul.

      Réponse
  10. Gwenn

    Super intéressant ! 😀

    Je connaissais ce triangle, mais je ne l’avais pas relu/revu en détail depuis un moment. Là je le trouve super bien expliqué et je retiens particulièrement ce passage qui m’a fait tilt :

    “Le Bourreau n’est pas toujours une personne physique : les tâches ménagères et/ou le travail et/ou toute autre source de stress extrême pourront très bien endosser ce rôle.”

    Réponse
    • Valentine Magnée

      Et oui ! La fameuse Charge Mentale peut tout à fait entrer dans le Triangle de Karpman.

      Réponse
  11. Fiani

    Le bourreau peut l’être aussi par défense… très bel article et particulièrement malheureusement utile pour les enfants! Bravo!

    Réponse
  12. Nicolas

    Ton article est super complet ! Vraiment chapeau !!
    On sent qu’il y a vraiment du travail de recherche.
    Personnellement je ne connaissais ce “concept” du triangle de karpman…. Très intéressant !

    Bonne continuation Valentine

    Réponse
  13. marie

    Un petit bijou d’article, très complet et agréable à lire.

    Je ne suis pas concernée par la parentalité mais dans la relation pédagogique (je suis formatrice et coach), c’est un système qu’on peut voir apparaître si on n’y prend pas garde. D’ailleurs de nombreux profs s’y laissent prendre et finissent par péter les plombs parce qu’ils n’ont pas pu identifier qu’ils étaient pris dans un étau infernal.

    Réponse
    • Valentine Magnée

      Effectivement, c’est un mécanisme inconscient qui touche les personnes, souvent à leur insu.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Téléchargez mon livre

"8 clés pour prendre soin de soi, tout en étant parent !"

qui traite de :

 

- comment prendre du temps pour soi et ne plus se laisser engloutir par le quotidien

- comment mettre en place de nouvelles habitudes de vie

- comment se sentir mieux et être heureux(se) en famille

Vous allez bientôt recevoir votre livre.

⭐ Vendredi 5 juin à 21h ⭐

Rejoins-moi pour un moment d'échange

Donne moi ta meilleure adresse mail pour recevoir ton invitation gratuite à la Conférence

Ton inscription à la WebConférence est bien prise en compte 👍 A tout de suite dans ta boîte mail 😉

Pin It on Pinterest