4 Erreurs Communes qui alimentent la Colère

par | Couple, Développement personnel, Enfants, Les émotions, Outils, Parents | 28 commentaires

⭐ Personne n’aime être en colère ou voir quelqu’un se mettre en colère.

Dans la palette des émotions primaires (joie, peur, tristesse, colère), elle est sans doute de loin la plus mal aimée.

  • Ton enfant de 2 ans tape du pied, se roule par terre et commence à te frapper en hurlant ? Colère.
  • Ton ado de 15 ans, écarlate, te crie que tu ne comprends jamais rien et part dans sa chambre en claquant la porte ? Colère.
  • Ton ventre se noue, tes mâchoires se serrent et tu te retiens d’étriper ta belle-mère qui vient de te dire que tu élèves mal tes enfants ? Colère.

Explosive et peu agréable, la colère est une émotion à laquelle tu es confronté.e quotidiennement. Mais comment ne pas la laisser gangrener ta vie de famille ?

Dans cet article, je te propose de :

  • Décortiquer comment marche la colère
  • Identifier les 4 erreurs communes qui nourrissent la colère
  • Comprendre comment faire face aux colères de tes enfants
  • Savoir comment éviter de se mettre en colère contre tes enfants
  • Et enfin voir un outil utile pour éviter les élans de colère dans ton couple

En avant !

« Agir en colère c’est comme s’embarquer dans une tempête. Ça détruit ce qu’on a construit. »

Caroline Luisier

Être en Colère : comment ça marche ?

_

La Colère, c’est quoi ?

 

⭐ La colère est une émotion, c’est-à-dire une réaction du corps soudaine, intense et brève, vouée à être exprimée face à un élément déclencheur.

Comme toutes les autres émotions, elle est utile à ton équilibre.

La colère permet par exemple de poser des limites face à ce que l’on tenterait de t’imposer. Elle peut servir à dire « non » et à faire respecter ton espace vital par exemple.

Si ton corps, tes enfants, ton/ta conjoint.e ou ta maison sont menacés, être en colère sera une réaction instinctive pour défendre tout ce à quoi tu tiens.

Cette colère est saine et indispensable à ta survie.

Derrière la colère, il arrive qu’il ait également une part de peur : de ne pas être reconnu.e, respecté.e, entendu.e, compris.e ; peur des autres ; peur pour les autres.

La colère peut par ailleurs être une accumulation de stress qui se décharge d’un seul coup. En général, cette accumulation donne lieu à des colères explosives où le corps devient un véritable volcan.

 

_

Que se passe-t-il physiquement quand tu es en Colère ?

 

⭐ La colère s’accompagne de nombreuses sensations physiques.

Elle remonte le long du dos et se diffuse dans la mâchoire (les dents sont serrées, prêtes à mordre) et jusqu’aux mains ( les poings sont serrés, prêt à frapper).

C’est un mouvement défensif du corps qui repousse un stimulus perçu comme une attaque.

Un élan de colère réprimé entraînera une multitude de tensions dans le dos, au niveau des épaules, du cou et des mâchoires.

_

3 sortes de Colères

 

⭐ On peut distinguer différents types de colère :

  1. La colère contre soi : qui peut entraîner d’autres émotions secondaires comme la culpabilité, la honte, le dégoût de soi-même.
  2. La colère contre les autres : qui peut donner lieu à de l’agressivité ou même de la violence (physique et verbale) à l’encontre des autres.
  3. La colère contre tout : qui surgit en général lorsque de nombreuses frustrations ont été niées ou réprimées. C’est la colère de la personne confrontée au décalage entre la réalité de la vie et ses désirs inassouvis.

 

 

La colère comme émotion primaire et spontanée est donc saine, pour se défendre et faire respecter ses besoins et ses limites.

Elle peut toutefois se transformer en violence destructrice dans certains cas.

Voyons donc les erreurs à ne pas commettre pour en arriver là.

 

Erreur n°1 : Être en Colère
en mode « Cocotte Minute »

⭐ La colère, comme toute émotion, devrait être passagère. Une réaction à un déclencheur, ressenti dans le corps et exprimé immédiatement.

➡️ Une colère latente, qui n’est pas exprimée mais réprimée, agit comme de l’eau dans une cocotte à ébullition avec un couvercle.

Option 1 : L’eau fait quelques bulles, puis boue, puis bouillonne, puis déborde en faisant sauter le couvercle. C’est la crise de colère violente et explosive tournée vers l’extérieur, après avoir été réprimée.

Option 2 : L’eau fait quelques bulles, puis boue, puis bouillonne, mais ne déborde jamais. Petit à petit, à force de chauffer, l’eau s’amenuise, le fond de la cocotte chauffe de plus en plus fort et finit par brûler. C’est le ressentiment, la colère intériorisée qui consume la personne de l’intérieur sans jamais être exprimée.

 

« La colère consume et n’illumine pas.  »

Alphonse de Lamartine

 

Cet effet « cocotte minute » va souvent de pair avec une autre erreur : celle de ne pas reconnaître quand on est en colère.

Erreur n°2 : Ne pas reconnaître
les premiers Signes de Colère

⭐ La colère ne se résume pas à devenir tout rouge, à hurler comme un.e hystérique ou à frapper sur tout ce qui bouge !

Il est important de comprendre qu’il existe plusieurs paliers de colère.

Plus tôt tu parviendras à identifier ta propre colère ou celle de ton enfant, plus tôt tu pourras agir.

Voici quelques questions que tu peux te poser en découvrant cette graduation de la colère :

  • Lequel de ces paliers t’es le plus familier ? Et chez tes enfants ? Chez ton/ta conjoint.e ?
  • A quelle fréquence entrez-vous dans chacun de ces paliers ?
  • Quel est le plus haut niveau que vous avez atteint ?

 

 

Le stade optimal et auquel tu peux aspirer, à la fois pour toi, mais également pour tes enfants, c’est la Sérénité, le Calme. C’est notre état d’équilibre naturel.

Si tu te sens souvent irrité ou frustré, c’est qu’il est temps de soulever le couvercle de la cocotte minute. Libère les vapeurs d’eau, laisse les prémisses de ta colère sortir.

L’erreur de la plupart des gens, c’est d’attendre d’en être au palier 3 pour réagir.

Or à ce stade, tu es déjà une bombe à retardement, prête à exploser à tout moment. Une simple contrariété viendra enclencher le détonateur et tout faire péter !

 

Erreur n°3 : Croire que les Autres
sont Responsables de ta Colère

« C’est pas ma faute à moi » ! Serais-tu une L-O-L-I-T-A ?!! 😉

La colère est une réaction à un stimulus. On se met en colère suite à un événement qui éveille en nous de l’irritation, de la frustration de l’agacement, un profond dégoût ou même une grande tristesse.

L’élément déclencheur n’est pas la colère.

L’élément déclencheur est un événement face auquel nous réagissons par la colère.

 

 

La colère vient de nous : de toi, de moi, de tes enfants. Cette émotion appartient à son propriétaire

… qui en est responsable.

Excuser ses élans de colères ou de violence en incriminant l’autre revient à nier sa responsabilité.

Certains pervers narcissiques ou persécuteurs se complaisent à victimiser leurs proies en leur répétant sans cesse : « c’est ta faute si je te frappe », « si je suis si énervé, c’est parce que tu es insupportable », etc.

Réaliser que quand tu es en colère, tu es responsable de ta colère t’aidera. Ton enfant qui ne veut pas manger son repas n’est qu’un déclencheur.

Réaliser que quand ton enfant est en colère, il est responsable de sa propre colère t’aidera également. En tant que parent, tu n’as pas à te sentir coupable de chacune de ses tempêtes émotionnelles.

Attention toutefois, tu es responsable de la manière dont tu vas réagir face à sa crise de colère ! Tu vois on y revient : tu redeviens responsable de ta propre émotion face à celle de ton enfant.

Tu me suis ?

Nous y reviendrons plus tard dans cet article.

Erreur n°4 : Ignorer la Cause profonde de ta Colère

⭐ Reconnaître sa colère, dès ses premiers paliers est essentiel, nous l’avons vu.

Mais sais-tu pourquoi tu te mets dans un tel état ? Qu’est-ce qui déclenche systématiquement de la colère en toi ?

 

« Combien de fois l’homme en colère nie-t-il avec rage ce que lui souffle son moi intérieur ? »

Frank Herbert

 

Je te propose d’essayer un truc.

📌 Fais une liste des 10 dernières choses qui t’ont énervé.e, mis.se en colère ou vraiment mis.e hors de toi.

Par exemple : ça m’énerve d’avoir dû répété 3x à mon enfant hier de ranger la salle de jeu.

📌 Fais une seconde liste de 10 choses qui t’énervent dans l’absolu.

Par exemple : je ne supporte pas les personnes qui mentent.

📌 A présent, mets cette liste de côté et note dans ton agenda de relire cette liste dans 3 jours et d’y ajouter 10 nouvelles choses qui se sont passées et t’ont contrariées ou mis.e en colère.

Cet exercice est une première piste pour identifier tes déclencheurs de colère.

Reste à creuser à présent.

 

Pourquoi ces choses te mettent-elles hors de toi ? Lequel de tes besoins n’est pas respecté lorsque surviennent ces situations qui déclenchent ta colère ?

➡️ Prenons un exemple : L’idée qu’un enfant reçoive une fessée t’est insupportable.

– “Pourquoi l’idée qu’un enfant reçoive une fessée te met très en colère?”
➤ Parce que c’est un acte violent.

– “Pourquoi est-ce un acte violent ?”
➤ Parce que les enfants ont besoin des adultes pour grandir. On doit les protéger, pas les maltraiter.

– “Pourquoi la maltraitance te met en colère ?”
➤ Parce qu’il y a eu des moments dans ma vie où je me suis senti.e en position d’infériorité, faible et impuissant.e, mais personne ne m’a protégé.

Dans ce cas-ci, ta colère contre les défenseurs de la fessée serait liée à des moments du passé où tu aurais eu besoin d’aide et de protection, mais où personne n’était là.

La vraie cause de la colère est souvent enracinée dans le passé, et notamment dans l’enfance.

« La colère cache toujours de la souffrance.  »

Eckhart Tolle

 

Il est intéressant d’aller creuser cette piste pour aller réparer les blessures du passé qui n’ont jamais été traitées.

On parle d’enfant intérieur pour désigner la part infantile de nous-même qui a pu être blessée par le passé et qui réclame réparation en déclenchant des tempêtes émotionnelles en nous à l’âge adulte.

Dans cet article sur l’enfant intérieur, tu pourras trouver de nombreuses ressources pour approfondir ton travail de réparation des colères anciennes.

Et justement, après avoir abordé les 4 erreurs les plus courantes qui alimentent la colère, voyons à présent comment faire face à la colère.

 

Comment gérer les Colères de tes Enfants ?

⭐ Je te propose de commencer par visionner cette vidéo où j’explique comment se manifestent plus spécifiquement les émotions chez les enfants, et où je propose 8 pistes pour les aider dans la gestion des émotions.

 

 

Je te propose également, afin de parler des émotions et donc des colères de tes enfants avec eux, d’aller télécharger la Roue des Émotions : un outil vraiment sympa pour nourrir l’intelligence émotionnelle de tous les membres de la famille.

 

Ma stratégie pour t’éviter d’être en Colère
face à tes Enfants

⭐ De nouveau, je t’ai concocté une vidéo pour parler de cela. J’y reprends certains éléments de l’article et notamment l’importance d’identifier ce qui déclenche chez toi de la colère et pourquoi ?
Je te confie même un moment personnel de ma vie où je me suis transformée en dragon de l’enfer…

 

 

Tu l’auras compris. Il s’agit de travailler sur soi.

Tu peux faire ce travail seul ou te faire accompagner.

Si tu as envie d’avancer plus vite dans ce travail, je t’invite à te faire coacher.

 

Éviter les élans de Colère au sein de ton Couple

_

Que faire si tu es Colérique ?

 

⭐ Si tu es toi même colérique, tu peux commencer par :

  • Reconnaître que ta colère t’appartient et ne pas incriminer ton/ta conjoint.e ou tes enfants
  • Identifier ce qui t’énerve et pourquoi
  • Observer et accepter les sensations physiques qui accompagnent tes colères
  • Apprendre à l’exprimer. Savoir te dire et dire aux autres : « je me sens en colère », sans appréhension et sans honte.

 

 

Il existe ensuite un outil de communication vraiment puissant (si on accepte que cela prenne du temps de le maîtriser) afin d’éviter de s’adresser à son conjoint en étant en colère.

Il s’agit de la CNV (ou Communication Non Violente), élaborée par Marshal Rosenberg.

Ce qu’elle peut t’apporter ?

Tempérer tes élans colériques et éviter de blesser la personne que tu aimes.

Je te propose de retenir ces 5 étapes lorsque tu te sentiras en colère à l’égard de ton mari ou ton épouse :

1- Respirer profondément à plusieurs reprises avant de prendre la parole, afin de parler le plus calmement possible.

Pourquoi ne pas même dire : « Attends un instant s’il-te-plaît, je me sens en colère et je veux me calmer avant de te parler de quelque chose d’important pour moi. » Puis tu respires.

2- Parler au « je » plutôt qu’au « tu » afin d’être dans l’expression de ta propre émotion et non dans le jugement du facteur déclencheur, en l’occurrence ta moitié !

3- Exprimer clairement l’élément déclencheur de ton émotion + ton émotion.

Par exemple : « Lorsque je t’attends si tard sans être prévenue… ça me met très en colère. »

4- Indiquer quels sont tes besoins.

Par exemple : « Lorsque tu rentres tard sans prévenir… ça me met très en colère … parce que j’ai besoin de me sentir soutenu.e dans les tâches du quotidien. Je me sens épuisé.e lorsqu’il faut les gérer seul.e. J’ai également besoin de me sentir respectée. Je m’inquiète quand tu ne préviens pas. »

5- Lui demander de t’aider.

Par exemple : « Lorsque tu rentres tard sans prévenir… ça me met très en colère … parce que j’ai besoin de me sentir soutenu.e dans les tâches du quotidien. Je me sens épuisé.e lorsqu’il faut les gérer seul.e. J’ai également besoin de me sentir respectée. Je m’inquiète quand tu ne préviens pas… Serais-tu d’accord stp pour prévenir si tu as un imprévu ? Et j’aimerais moi aussi avoir droit à une soirée off par semaine. Qu’en penses-tu ?»

 

 

Comme je l’ai dit précédemment, communiquer ainsi implique de s’entraîner et de répéter cela régulièrement.

A mon sens, ce n’est réalisable que pour un couple où les 2 partenaires souhaitent améliorer la communication entre eux et sont prêts à prendre leur responsabilité.

Notamment en matière d’émotions ! (Ma colère m’appartient ; l’autre n’en est pas responsable… Pas facile à admettre)

 

_

Que faire face à quelqu’un de Colérique ?

 

⭐ Là encore, il faut voir le degré de colère.

  • Si l’on parle du palier 5 et que la personne se montre violente physiquement : protège-toi ainsi que tes enfants.

Fuis sans chercher à trouver d’excuse à ton partenaire. Appelle le 17 ou le 112 pour donner l’alerte.

Se faire battre est inacceptable. Tu n’es pas responsable de sa colère.

  • Si l’on parle de violence verbale, avec insultes, remarques dégradantes ou menaces.

Respire. Concentre toi sur ta respiration et essaye de garder ton calme en n’écoutant pas les propos que l’autre t’adresse.

 

 

Répète toi intérieurement : « son émotion lui appartient, je ne suis pas responsable ».

N’essaye pas de le/ la raisonner, contre-dire ou même d’engager une surenchère dans la violence.

 

  • Enfin, si ton partenaire en est simplement au stade 3 (en colère sans aucune violence), le mieux est sans doute d’écouter attentivement ce qu’il a à dire, en gardant à l’esprit que derrière sa colère se cache une souffrance : un besoin qui n’est pas alimenté.

Évidemment, toutes les mécaniques de couple sont complexes et ces conseils seront à adapter au cas par cas.

On fait une petite synthèse de l’article ensemble ?

 

Ce que tu peux Retenir à propos de la Colère

✅ La colère est une émotion utile pour se protéger et imposer des limites

✅ Celle qui n’est pas exprimée mais réprimée se transforme tôt ou tard en violence

✅ La colère est indépendante de l’élément qui la déclenche. Chaque individu est donc responsable de sa propre colère.

✅ Pour ne pas s’emporter, un travail sur soi est nécessaire, et notamment identifier les causes profondes de la colère.

Un enfant en colère mérite d’être écouté et accompagné. Le punir l’incitera à réprimer sa colère et nourrira une part de souffrance en lui (qui rejaillira à l’âge adulte si trop de colère s’accumule).

Tu as le droit de ressentir de la Colère mais tu as le choix de ce que tu en fais, face à ton/ta conjoint.e et face à tes enfants.

 

-

Cet article t'a plu ? Partage-le !

Articles similaires

L’AUTEURE DE CE BLOG

Bonjour et Bienvenue !

J’ai créé PARENTS EN ÉQUILIBRE dans un seul but : te libérer du stress, de la fatigue et de tout ce qui t’empêche d’être Zen et Heureux.se en Famille. Te permettre enfin de te sentir bien dans ton corps, ton coeur et ta tête.

Comment je vais t’aider ?

En écrivant des articles approfondis qui placeront ton bien-être en haut de la liste des priorités. Et en te livrant les clés indispensables pour prendre soin de toi durablement.

Au plaisir d’échanger,

Valentine Magnée

TÉLÉCHARGE TA VIDEO

Abonne-toi à la chaîne Youtube

⭐ Profite de cet événement exceptionnel ⭐

ARTICLES POPULAIRES

28 Commentaires

  1. Arnaud

    Tu as tout à fait raison quand tu écris que l’évènement qui nous met en colère ne dépend souvent pas de nous, mais que la colère en soi, c’est à dire la réaction qu’on a fasse à cet événement, nous appartient à nous et à nous seul…
    C’est expliqué de façon simple et compréhensible et ça fait du bien de le dire.

    Réponse
  2. Amandine

    Salut Valentine,

    Merci pour cet article très riche ! C’est vrai que l’on se met souvent en colère contre l’extérieur alors que la réponse est en nous !

    Réponse
    • Julien

      Bonjour Valentine,

      Cet article est excellent, BRAVO.

      Les exercices, explications et erreurs sont très justes et très bien illustrés selon moi.

      Chacun est responsable de comment il se sent.
      On s’est tous mis en colère au moins une fois je pense mais cela ne donne pas le droit d’être violent.

      De plus, pour notre bien etre personnel, il est important de ne pas rester dans la colère trop longtemps car ce n’est pas une émotion agréable.

      La colère nous exprime un message, on s’en occupe et on avance 👍

      A bientôt

      Réponse
        • Katja et Thierry

          Bonjour Valentine,
          C’est super complet et très instructif. Bravo.
          C’est vrai que la colère est un sentiment qu’il faut comprendre et apprendre à maîtriser.

          Réponse
          • Valentine Magnée

            Avec plaisir Katja et Thierry.
            J’ignore s’il est possible de la “maîtriser”, mais j’aime penser que l’on peut en tous cas “l’apprivoiser” 😉

  3. Jonathan

    Beau travail Valentine, cette lecture permet de se rendre compte de l’évidence que l’on ne voit pas quand à la tête dans le guidon 😉

    Réponse
      • Jonathän

        Bravo Valentine pour cet article très détaillé, agréable et constructif !
        La gestion des émotions, de la colère par exemple est une problématique qui m’est chère.
        En effet, ayant deux enfants, un HP (Haut potentiel) et une TDAH (trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité), c’est une remise en question quotidienne personnelle et collective dans la gestion de la colère !
        Merci encore et bonne continuation.

        Jonathän alias Jon Rom’s

        Réponse
        • Valentine Magnée

          Bonjour Jon Rom’s,
          Je te comprends. Je suis moi-même HP et ma fille également. L’hypersensibilité est un cadeau je crois, mais qui est parfois inconfortable quand les émotions “débordent” et “submergent”. Personnellement, je trouve cela utile de comprendre que la colère n’est pas “mauvaise “en soi et que l’on a finalement un certain “pouvoir” sur nos émotions, une fois que l’on comprend que nous sommes seuls responsables de ce que nous en faisons. Avec du temps et beaucoup de bienveillance et de patience envers soi, ces émotions à fleur de peau peuvent devenir un vrai cadeau 🙂 Celui qui ouvre les portes de l’empathie.

          Réponse
          • Jon Rom's

            Je suis tout à fait d’accord avec toi et ravi de faire “ta connaissance”!
            Merci pour ces clefs distillées sur le sujet !

  4. Nicolas

    Très bon article Valentine !!
    J’adore qu’on s’intéresse aux émotions… Chacune à sa place en nous et sa fonction j’en suis convaincu.
    Perso, c’est plutôt l’image de la cocotte minute qui symbolise trop souvent mes colères… Et c’est pour cela que j’essaie de mieux me comprendre, pour la dompter et comme tu l’écris : détecter les signes avant coureurs 🙂

    Réponse
    • Valentine Magnée

      Oui, ça évite les débordements. Déjà identifier quand tes muscles se contractent, quand tes mâchoires se serrent ou que tu ressens le besoin de fermer le point, de respirer plus amplement pour te calmer. Le simple agacement peut rapidement se transformer en colère si l’on n’y prête pas attention.

      Réponse
  5. Pierre-Favre

    Trouver les racines de la colère c’est une tache qui mérite que l’on s’y arrête tant il peut être compliqué d’en trouver la véritable cause. L’enchaînement des “pourquoi” me semble être une technique intéressante pour y parvenir 🙂

    Réponse
    • Valentine Magnée

      Bonjour Pierre
      C’est un travail d’introspection qui peut être déroutant et qui bouscule, mais je crois qu’il en vaut la peine.
      Une fois qu’on a accès aux racines profondes de notre émotion, il est plus facile de comprendre nos blessures anciennes et nos besoins.

      Réponse
  6. Astrid

    Merci pour cet article sur la colère 😡, très utile en ce temps de confinement où la peur, le stress lié à l incertitude et la promiscuité peut accentuer les tensions.

    Réponse
  7. Marie

    Très intéressant le graphisme de paliers de la colère, ça peut vraiment aider à savoir où l’on se situe 🙂

    Réponse
    • Valentine Magnée

      Merci Marie. C’est effectivement intéressant de comprendre et ressentir qu’on ne devient pas tout feu tout flamme en un claquement de doigt et qu’en identifiant les prémisses de la colère, on peut parfois la prévenir

      Réponse
  8. Gabriel

    Salut valentine,
    Merci pour ton article, la colère est pour moi comme une maladie qui te montre que tu as quelque chose à réparer en toi. Quand on y réfléchie bien il n’y a aucune raison d’être en colère. J’ai une de mes filles qui est tout le temps en colère, cela fait partie de sa personnalité et elle la gère en faisant de la boxe. Je ne comprends pas sa colère ou les raisons qui l’anime. Il y en a beaucoup.

    Réponse
    • Valentine Magnée

      Bonjour Gabriel et merci pour ce partage.

      Pour moi, la colère n’est pathologique que si elle atteint le stade de violence (envers les autres ou envers soi-même). Comme toute émotion, sa fonction première est de mettre en lumière l’insatisfaction d’un besoin fondamental et toute émotion me semble toujours légitime. (Toutes les façon de l’exprimer ne le sont pas en revanche).

      Concernant ta fille (j’ignore son âge), il serait probablement intéressant de l’aider à creuser le “pourquoi ?”. C’est super que la boxe lui permette d’extérioriser et décharger sa colère, mais si elle est “tout le temps en colère” comme tu le dis, il n’y a qu’en creusant sur la cause qu’elle pourra s’apaiser plus durablement. Tu ne crois pas ?

      Certains enfants/jeunes sont très sensibles à l’injustice par exemple (c’était mon cas) et entrent dans un mécanisme de colère perpétuel car sans cesse alimenté par tout ce qui se passe autour. Le besoin caché sous la colère est le besoin de justice. L’identifier peut permettre de réfléchir ensemble à comment équilibrer justice/injustice en soi, dans son foyer, puis peut-être dans la société en s’impliquant dans des asso par exemple.

      Qu’en penses-tu ?

      Réponse
  9. Anne-Lise

    Trop fan de cet article, merci Valentine ! 🙂 Le travail sur les émotions est tellement important à tous les niveaux….En tant qu’adultes, nous devons faire ce travail et le transmettre le plus tôt possible à nos enfants 🙂 Avec mon fils de 3 ans, nous avons commencé à utiliser des cartes émotions, c’est incroyable l’effet positif que ça a sur lui… Il sait maintenant mieux identifier que nous les différents états qu’il peut traverser !

    Réponse
    • Valentine Magnée

      Bonjour Anne-Lise
      Super ! A 3 ans, c’est très utile de développer son vocabulaire émotionnel et commencer à comprendre quelles sensations physiques s’associent à quelles émotions. ce sont les premiers pas vers une bonne compréhension des émotions et donc de soi-même et des autres 🙂

      Réponse
  10. Jung

    Merci Valentine pour ce bel article.
    En effet, la colère fait partie des alertes émotionnelles de base mais qu’il faut savoir identifier et analyser. Car derrière la colère se cache souvent une règle ou une valeur personnelle qui n’ont pas été respectées.
    Comprendre cela permet de mieux comprendre cette émotion et comment elle survient. Elle permet également de remettre en question notre vision du monde, nos propres perceptions afin de mieux comprendre celles de l’autre et pourquoi ce qu’il/elle a fait nous met en colère. Ce n’est pas renier ses règles et ses valeurs, c’est juste accueillir le fait que l’autre ait une autre vision du monde, un autre point de vue.

    Réponse
  11. Antoine

    Article très intéressant et très bien mené ! Et ça me servira pour canaliser ma colère à l’avenir. ^^

    Réponse
  12. Caroline

    Merci Valentine pour cet article très riche et très utile. C’est vrai qu’il est souvent difficile de faire la part des choses et de ne pas se mettre en colère contre ses enfants. Et encore plus en cette période de confinement.
    Quand mes enfants sont en colère (et donc moi aussi intérieurement), je leur demande de se mettre en face de moi. Une main sur le front, une main derrière le crâne. Et de respirer et inspirer profondément. Quelques secondes suffisent à tous se calmer. Et ensuite on exprime nos ressentis, pourquoi il y a eu de la colère et ce que l’on peut faire pour la faire fuire. Et surout pour que cela ne se reproduise pas.
    ça fonctionne très bien.
    Merci en tous cas pour cette mine d’or d’infos 🙂

    Caroline Happy Kid Safari

    Réponse
    • Valentine Magnée

      Merci Caroline pour le partage. Il est vrai que respirer et se connecter à son corps est toujours une bonne solution pour retrouver progressivement le calme, pour les enfants comme pour les adultes.

      Réponse
  13. Oum Khadidja

    Super article bien détaillé qui pourra aider beaucoup de personnes surtout durant cette période où tout le monde se retrouve l’un sur l’autre H24. Demander de l’aide et en parler fait vraiment bouger les choses!

    Réponse
  14. Harmonie des corps

    L’article est agréable à lire et les conseils finaux très intéressants.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Téléchargez mon livre

"8 clés pour prendre soin de soi, tout en étant parent !"

qui traite de :

 

- comment prendre du temps pour soi et ne plus se laisser engloutir par le quotidien

- comment mettre en place de nouvelles habitudes de vie

- comment se sentir mieux et être heureux(se) en famille

Vous allez bientôt recevoir votre livre.

⭐ Vendredi 5 juin à 21h ⭐

Rejoins-moi pour un moment d'échange

Donne moi ta meilleure adresse mail pour recevoir ton invitation gratuite à la Conférence

Ton inscription à la WebConférence est bien prise en compte 👍 A tout de suite dans ta boîte mail 😉

Pin It on Pinterest