Les 5 besoins fondamentaux de l’enfant, selon la Pyramide de Maslow

par | Tes Enfants | 22 commentaires

enfant épanoui qui saute

⭐ Lorsque ton enfant rouspète, se met en colère, boude, crie ou pleure, j’imagine que tu te questionnes. Mais que se passe-t-il ? Quelle est la cause de ce comportement ?

Très souvent, il s’agit d’un des besoins de l’enfant qui n’est pas satisfait.

Besoin non satisfait chez l’enfant
= Émotions chez l’enfant : frustration, agacement, colère, tristesse, incompréhension…
= Expression physique de l’émotion : cris, grognements, pleurs, complaintes…
= Émotions chez les parents !

Je crois que tu comprends à présent l’intérêt de connaître les besoins essentiels de ton enfant.

C’est le psychologue Abraham Maslow qui met au point une pyramide des besoins fondamentaux dans les années 1940.

La Pyramide de Maslow parle des besoins de tous les êtres humains. Dans cet article, je te propose que l’on s’intéresse plus spécifiquement à ceux de nos enfants.

Un petit schéma pour commencer, avant de détailler chacun des besoins :

 

les besoins fondamentaux de l'enfant selon la pyramide de maslow

 

Et à présent, intéressons-nous aux besoins physiologiques de l’enfant.

 

1. Les Besoins Physiologiques

⭐ Plus ton enfant grandit, plus il sera facile de les identifier car les besoins physiologiques sont en principe ceux auxquels ont prête de l’attention en premier et les plus faciles à identifier.

  • Ainsi un bébé pleure parce qu’il a faim, soif, sommeil ou que sa couche est sale. Les jeunes parents se sentent souvent démunis car au début, il n’est pas facile de savoir quel est précisément le besoin non satisfait.

Un conseil ? Ne sois pas trop dur avec toi-même et fais-toi confiance. Tu es la personne qui connaît le mieux ton bébé et donc la plus à même de l’aider.

  • Un jeune enfant se lamente s’il a trop chaud ou se montre irritable s’il n’a pas assez dormi.

 

un enfant pleure car il est fatigué

Écouter ce qu’exprime ton enfant et ne pas voir les émotions exprimées comme un fléau (mais plutôt comme l’expression d’un besoin essentiel) est la clé pour apaiser ton quotidien.

  • Un adolescent te fera savoir quand il a faim (et mieux vaut avoir le frigo bien rempli !). Il dormira également jusqu’à 11h le weekend pour combler son besoin de sommeil (le corps est en pleine mutation).

Même si c’est parfois incompréhensible pour nous parent, restons à l’écoute.

En conclusion, parmi les besoins physiologiques, on peut identifier :

  • la respiration
  • la faim
  • la soif
  • le sommeil
  • chaud/froid
  • la propreté
  • la bonne santé (pas de douleur physique)

On pourrait y ajouter le besoin d’avoir une maison, un logement, mais je préfère l’intégrer au besoin de sécurité, que nous allons justement aborder à présent.

 

2. Le Besoin de Sécurité

⭐ Le besoin de sécurité comprend 3 dimensions.

  • Sécurité physique :

L’enfant a besoin de se sentir à l’abri des dangers et de la violence. Si ce besoin n’est pas satisfait, c’est le sentiment de peur qui risque de s’installer.

Ton rôle de parent est d’offrir un foyer sécurisant à ton enfant et un entourage bienveillant et rassurant.

Pour autant, attention à ne pas sur-protéger nos enfants. Notre rôle est de limiter les dangers et d’informer nos enfants de certains risques, en leur apprenant à les identifier et les éviter, ceci dès le plus jeune âge.

 

les peurs masquées

En les responsabilisant, on évitera de leur donner l’impression que nous contrôlons tout pour eux et qu’ils n’ont aucun pouvoir de décision.

En effet, même si ce n’est pas pour les mêmes raison, le sur-contrôle finit par avoir la même conséquence que l’absence de règles ou de limites sécuritaires : l’angoisse.

  • Sécurité psychique :

Elle est parfois oubliée car on pense que la sécurité se borne à la sécurité physique.

En réalité, la sécurité psychologique est tout aussi importante : prémunir tes enfants des violences psychiques telles que les insultes, les étiquettes ou surnoms dégradants, les humiliations verbales, les hurlements, etc.

Cela implique pour nous, parents, de faire un travail sur nos propres élans de colère.

A mesure que l’enfant grandit et que ses relations sociales s’élargissent, on pourra également le sensibiliser aux rapports de force inconscients qui se mettent parfois en place dans certaines relations.

 

Lis aussi l’article à propos du Triangle de Karpman et comment sensibiliser nos enfants aux relations toxiques : victime-persécuteur-sauveur

  • Sécurité affective ou émotionnelle :

Elle découle de la précédente. Il s’agit du besoin de l’enfant de se sentir entouré, choyé et aimé pour ce qu’il est.

Notre rôle de parent est ici d’accepter et reconnaître notre enfant pour l’individu qu’il est (avec ses qualités et ses défauts) plutôt que pour l’enfant que l’on voudrait qu’il soit…

3. Le Besoin d’Appartenance

⭐ Il s’agit d’un des besoins que l’enfant va développer tout au long de sa vie et qui peut évoluer.

On parle du besoin d’appartenir à un groupe comme :

  • sa famille
  • ses amis
  • ses coéquipiers dans une équipe de sport
  • ses camarades de classe
  • son quartier, sa ville, sa communauté
  • sa culture

Ce besoin d’appartenance fait partie des besoin de l’enfant pour construire son identité.

 

avancer pas à pas, construire

 

Si ton enfant ne se sent pas intégré, il peut développer de la tristesse ou de la colère, ce qui peut se traduire par un comportement décalé ou parfois même violent, envers lui-même ou envers les autres.

L’enjeu crucial de ce besoin est d’être aimé.e et accepté.e pour ce que l’on est.

Trouver sa place au sein d’un groupe passe par le besoin de s’engager dans la vie en communauté : participer aux tâches, partager les moments où l’on se réunit, respecter les règles du groupe, participer aux rituels.

L’appartenance à une culture et une communauté données définit toujours en partie notre façon de percevoir le monde. Les expériences de l’enfance servent de repères et même de référence dans nos croyances, ce qui conditionne les pensées et les choix de l’enfant, et de l’adulte en devenir.

Pour nous parent, il s’agit de :

  • créer un écosystème familial sain, qui s’appuie sur de valeurs fortes (comme le respect, la bienveillance, l’ouverture…) et le partage de moments authentiques
  • manifester notre amour inconditionnel le plus ouvertement possible, afin que l’enfant sache qu’il est aimé pour ce qu’il est (et non pour ce qu’il fait, ou ne fait pas)
  • laisser à notre enfant la possibilité d’appartenir à des groupes variés (club de sport, groupe d’amis, chorale, troupe de danse, association…) qui lui ouvreront des perspectives différentes et lui permettront de créer du lien

 

4. Le Besoin d’Estime de Soi

⭐ L’estime de notre enfant repose sur deux piliers majeurs :

  • La Valorisation extérieure

Valoriser ton enfant aussi régulièrement que possible fait partie de ton rôle de parent.

Souligner les efforts et les progrès de l’enfant est une bonne manière de lui exprimer ta gratitude et de l’encourager à se satisfaire de chaque petit pas en avant réalisé.

Certains enfants peuvent parfois avoir tendance au perfectionnisme et se focalisent sur ce qui ne va pas.

Certains parents ont également tendance à être perfectionnistes !! Si c’est ton cas, sois simplement vigilent.e. Être exigent, pourquoi pas. Mais nourrir l’estime de son enfant passe également par la reconnaissance des petits efforts, petites victoires, petits progrès, même imparfaits.

 

enfant heureux et reconnaissant

 

Il est important que l’enfant s’autorise à être satisfait et à éprouver de la fierté pour lui-même.

  • l’Autonomie et la Confiance en soi

Un des besoins de l’enfant consiste à se sentir utile. Le responsabiliser et lui demander son aide pour des tâches simples, dès son plus jeune âge, l’encouragent à croire en ses capacités.

Le challenge pour nous, parents, est d’accepter que l’acquisition d’une pleine autonomie par l’enfant requiert une bonne dose de temps et de patience.

  • Un enfant tombe en moyenne 2000 fois avant de savoir complètement marcher. On lui laisse faire cet apprentissage et il y arrive.
  • Un ado a besoin de 20h de cours de conduite et éventuellement de plusieurs milliers de kilomètres en conduite accompagnée avant de passer son permis et d’avoir son propre véhicule.

Parfois, on préférerait faire les choses à la place de nos enfants car nous serions plus rapides et plus efficaces, et pourtant l’estime de soi se construit à partir de la confiance que l’on engrange en faisant soi-même.

 

estime de soi grâce à l'autonomie

 

Faire à sa place serait un peu comme lui dire « tu ne vas pas y arriver » ce qui forcément, ne l’aiderait à développer sa confiance en lui/elle.

Si l’enfant se sent capable et que tu l’en empêches, il est fort à parier que la frustration générera une belle tempête émotionnelle pour couronner le tout ! Et ça j’imagine, que tu cherches à l’éviter !

Abordons à présent le dernier des besoins de l’enfant, qui est étroitement lié au besoin d’estime de soi : le besoin de réalisation de soi.

 

5. Le Besoin de Réalisation de Soi

⭐ C’est peut-être le besoin le plus complexe à comprendre car il se trouve au sommet de la pyramide. Cela signifie qu’il est le plus difficile à atteindre sur l’échelle de nos besoins fondamentaux et que de nombreux adultes n’ont pas encore atteint la pleine satisfaction de ce besoin pourtant essentiel.

On parle là de de découvrir et d’utiliser son plein potentiel… dans tous les domaines de sa vie !

Cela implique d’intégrer une vision globale du monde et de l’univers, de s’ouvrir à la spiritualité, la philosophie, la connexion à la nature.

Les jeunes enfants sont fascinants pour cela : ils observent le monde avec des yeux d’explorateurs curieux, en quête de découvertes, de réponses et de nouvelles expériences.

 

enfant tien tun papillon

 

Il arrive que l’on perde cela à l’âge adulte hélas. Toutefois, cela fait partie de nos besoins fondamentaux : explorer le monde, comprendre ce qui nous entoure, s’épanouir et trouver notre place dans l’univers.

Pour l’enfant et encore davantage pour l’adolescent, il peut être très pénible de ressentir qu’ils ont peu de contrôle sur leur existence, dans la mesure où les parents prennent la plus grande partie des décisions qui le concernent.

Satisfaire le besoin de réalisation de ton enfant va donc impliquer de lui restituer une partie de son pouvoir de décision :

  • Chez les petits, la question binaire est une bonne manière de lui donner la possibilité de choisir : « tu préfères le t-shirt vert ou rouge ? » Ou « tu préfères une pêche ou un abricot ? »
  • En grandissant, il s’agira davantage d’être à l’écoute de l’avis de ton enfant et d’accepter les compromis ou le choix de l’enfant parfois.
  • Impliquer les enfants dans la recherche de solutions aux problèmes rencontrés dans sa vie ou dans la vie de famille est une autre manière de l’impliquer, de l’inviter à se positionner et à exprimer son avis.

 

Comprendre les Besoins de l’Enfant : idéal pour Apaiser la vie familiale

⭐ Ça y est, on a fait le tour des besoins fondamentaux de l’enfant, et je t’ai préparé une nouvelle pyramide des besoins plus étoffée.

 

les besoins détaillés de l'enfant selon la pyramide de maslow

 

Tu l’as compris, connaître les besoins de ton enfant va te permettre de désamorcer certaines tempêtes émotionnelles.

Car désormais tu le sais, chaque besoin non satisfait va engendrer un comportement désagréable, souvent dominé par une émotion tout aussi désagréable :

  • ton enfant va peut-être exprimer sa peur s’il ne se sent pas en sécurité
  • il/elle va peut-être être irritable s’il/elle n’a pas assez dormi ou s’il/elle a faim
  • ton enfant va peut-être se mettre en colère s’il a le sentiment qu’on l’infantilise et qu’on ne le laisse pas faire par lui-même
  • il/elle se sentira peut-être triste s’il est rejeté à l’école ou pendant son entraînement de basket

L’idée est d’installer une relation apaisée avec ton enfant, basée sur l’écoute et le respect de ses besoins, ainsi qu’une véritable coopération.

Mises en garde :

  1. Attention à ne pas te focaliser uniquement sur les besoins de ton enfant. Ces 5 besoins fondamentaux le sont également pour nous, adultes. Notre rôle de parent n’est pas de nous sacrifier en niant nos propres besoins pour satisfaire nos enfants. Il s’agit davantage de trouver le juste équilibre pour satisfaire à la fois les leurs et les nôtres.
  2. Attention à ne pas confondre besoins et désirs chez nos enfants. Les besoins sont essentiels ; les désirs ne le sont pas. Les désirs sont des envies, et n’ont pas tous vocation à être satisfaits ! Parfois, respecter ses besoins de parents c’est savoir dire non à certains désirs de ses enfants.

La priorité, quoi qu’il advienne, sera de respecter les cinq besoins de l’enfant comme de l’adulte pour éviter les tensions, les frustrations et les débordements émotionnels, de part et d’autre.

-

Cet article t'a plu ? Partage-le !

Articles similaires

L’AUTEURE DE CE BLOG

Bonjour et Bienvenue !

J’ai créé PARENTS EN ÉQUILIBRE dans un seul but : te libérer du stress, de la fatigue et de tout ce qui t’empêche d’être Zen et Heureux.se en Famille. Te permettre enfin de te sentir bien dans ton corps, ton coeur et ta tête.

Comment je vais t’aider ?

En écrivant des articles approfondis qui placeront ton bien-être en haut de la liste des priorités. Et en te livrant les clés indispensables pour prendre soin de toi durablement.

Au plaisir d’échanger,

Valentine Magnée

LA CHAÎNE YOUTUBE

 

​Télécharge le Coffret des Parents en Équilibre

​pour Transformer ta Vie de Famille

ARTICLES POPULAIRES

22 Commentaires

  1. Nicolas

    Top cet article Valentine ! Comme toujours 🙂 J’adore cette théorie des besoins qui même si elle est critiquée pour certains aspects dégrossit grandement notre fonctionnement d’humain. Actuellement je lis, “Comment se faire des amis” de Dale Carnégie, et le besoin de reconnaissance ressort comme essentiel chez l’homme… Comme quoi il n’y a pas que Maslow qui le dit 😊😊 Merci

    Réponse
    • Valentine Magnée

      Je crois effectivement que les besoins d’appartenance et d’estime de soi passent par une forme de reconnaissance de sa propre valeur

      Réponse
  2. Shirley

    Ton article est vraiment intéressant. Je connais depuis de nombreuses années cette pyramide de Maslow et parfois ça fait du bien de se la rappeler. Tes explications sont très claires et très pertinentes. J’oublie parfois de faire attention aux deux derniers étages. Je vais plus observer mon comportement pour améliorer cela. Vraiment, ça m’a encourager à m’améliorer pour répondre au mieux aux besoins de chacun, y compris les miens.

    Réponse
    • Valentine Magnée

      Bonjour Shirley, merci pour ton retour 🙂 Tu as raison de ne pas négliger tes propres besoins, et plus on monte les étages de la pyramide, plus le travail sur soi ou pour ses enfants est profond.

      Réponse
  3. Anne-Christine

    Merci pour ce bel article. Au top comme d’habitude ! Quand les crises sont quasi quotidiennes, cela fait du bien de sortir la tête de l’eau et se rappeler les différentes besoins de nos enfants.

    Réponse
    • Valentine Magnée

      Bonjour Anne-Christine. Il y a des périodes de turbulence dans toutes les familles… le crises sont une simple (même si désagréable) manifestation d’un petit déséquilibre. Parfois, prendre le temps de revoir les besoins fondamentaux permet d’expliquer “ce qui cloche” et de rétablir l’harmonie familiale

      Réponse
  4. Seb

    Un grand merci pour cette piqûre de rappel. La pyramide de Maslow adaptée aux enfants est nécessaire. Je l’utilise beaucoup dans le management mais de rappeler qu’elle est fondamental pour tous est important.
    L’estime de soi pour un enfant n’est pas toujours facile mais très important pour la confiance.

    Réponse
    • Valentine Magnée

      Merci Seb, c’est un outil transversal, effectivement. Il parle de tous les êtres humains et peut donc être relu et interprété selon des prismes différents

      Réponse
  5. Katja & Thierry

    merci Valentine pour cet article super complet. Nous avons parfois tendance oublier que devenir un homme ou une femme ne se fait pas en un jour et qu’il nous incombe, à nous, parents, d’assurer à tous ces besoins …
    En distillant savamment car un jour il faudra couper le cordon pour qu’ils soient pleinement autonomes.

    Réponse
    • Valentine Magnée

      Salut Katja & Thierry. Oui, tout est question d’équilibre dans le contrôle que l’on garde et l’autonomie qu’on leur laisse. Au final, notre rôle de parent est de leur permettre de grandir en s’épanouissant dans une vie où il s’autorisent à être eux même. Rester vigilants à leurs besoins est une bonne manière d’aller dans ce sens je crois.

      Réponse
  6. Yanis

    Merci Valentine pour cet article. Encore un article inspirant et plein d’info utiles. En fait à chaque fois que je te lis ça me donne envie de… faire des enfants (et de les élever aussi hein ;). Quoi ?! Je suis le seul non-parent dans la salle ? Haha, peut être mais en tout cas j’aime lire et en apprendre sur ce qui sera ma futur condition 😀

    Réponse
  7. Cora

    Coucou !
    C’est vrai que la pyramide est très importante pour eux, et pour nous aussi !
    C’est tout un art de les respecter tous les jours !

    Réponse
    • Valentine Magnée

      Plus qu’un art, je dirais que c’est un travail de longue haleine et une philosophie de vie : rester connectés à ce qui vibre à l’intérieur de nous, pour rester connectés à la joie. Alimenter les besoins n’est ainsi plus un devoir ou une corvée, cela devient plus naturel. Bien-sûr, aucun d’entre nous n’est parfait et il faut aussi faire preuve d’indulgence envers nous-mêmes, parents 😉

      Réponse
  8. Pierre-Favre

    Quel bonne idée d’avoir plus détaillé la pyramide de Maslow que ce que l’on voit d’habitude. Surtout sur le besoin de sécurité, qui dans ma tête se bornait à la sécurité physique…

    Au sujet de la construction de l’estime de soi, je suis preneur d’un conseil. Comme tu le dis il est important pour l’enfant de valoriser ce qu’il réussit. Je rencontre une difficulté. Quentin a 4 ans, Diane en a 2. Et il arrive que Diane se fasse rabrouer par Quentin. Par exemple il dit a Diane que le dessin qu’elle vient de faire est mal fait, et que lui il sait mieux dessiner.
    L’autre jour ça m’a tellement saoulé que je lui ai dis “Si, pour son age c’est bien fait. C’est comme t’es dessin, pour ton age ils sont bien. Mais en vrai il pourrait être mieux”. J’ai trouvé ca violent en même temps que je le disais. D’où ma question : As tu un ou deux conseil à me donner?

    Réponse
    • Valentine Magnée

      Merci pour ta question Pierre.

      Parfois, les remarques de type “ce que je fais est mieux que toi” cachent justement un besoin de se rassurer par manque d’estime de soi.
      Donc peut-être une question à te poser : pourquoi Quentin a-t-il ressenti le besoin de se comparer à sa sœur (tout en sachant très bien qu’elle est plus petite) ? Quel besoin derrière ?

      Si ta phrase à l’égard de Quentin t’a semblé violente (et j’imagine qu’elle a donc généré de la culpabilité chez toi), peut-être te demander si tu peux y apporter une forme de réparation : lui expliquer ce qui t’a mis en colère et que tu regrettes d’avoir dit que son dessin pourrait être mieux car en vérité, tu le trouves déjà assez génial.

      Autre piste : parler à tes enfants de ton propre vécu d’enfant. Il y a des choses pour lesquelles tu étais doué et d’autres moins. On apprend à mesure qu’on grandit et ça fait de la peine quand quelqu’un nous dit que notre dessin n’est pas joli (si tu as toi même eu des frères et sœurs, tu peux faire des parallèles pour lui passer un petit message sans lui rentrer dedans frontalement).

      Qu’en penses-tu ?

      Réponse
      • Pierre-Favre

        J en pense que ton questionnement et la réflexion que tu y joint m apporte plus de réponse que si tu avais fait une réponse simple.

        Développer l estime de soi de mes enfants compte beaucoup pour moi ( On veut que ses enfants réussissent l a ou on a échoué paraît il 😉). Et ça ne m avait pas effleuré l esprit que la réflexion de Quentin puisse venir de là.

        Et j aime ton approche qui consiste à chercher l émotion sous jacente au dialogue de ton interlocureur

        Réponse
        • Valentine Magnée

          Contente d’avoir pu t’aider à avancer dans ta réflexion Pierre 😉

          Réponse
  9. oum Khadidja

    Bonjour Valentine!

    Effectivement, connaître les besoins permet de calmer les crises le plus rapidement possible!

    Réponse
  10. Gabrielle

    Ton super article me rappelle encore que nos enfants sont de super profs quand même 😝 toutes les remises en questions et le travail sur nous même qu’ils nous font faire ! Grâce à eux on redécouvre des théories pertinentes sur un super blog 🤩

    Réponse
    • Valentine Magnée

      Oui, ils sont de bons maîtres pour nous ramener à l’essentiel : gratitude, curiosité, émerveillement, amour inconditionnel… 🙂

      Réponse
  11. Marie - japprendsaetremaman.com

    Tu as tout à fait raison, dès tout petit, les bébés ont les 5 niveaux de besoins de la pyramide de Maslow ! Merci de nous avoir éclairés sur le sujet avec beaucoup d’exemples.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Téléchargez mon livre

"8 clés pour prendre soin de soi, tout en étant parent !"

qui traite de :

 

- comment prendre du temps pour soi et ne plus se laisser engloutir par le quotidien

- comment mettre en place de nouvelles habitudes de vie

- comment se sentir mieux et être heureux(se) en famille

Vous allez bientôt recevoir votre livre.

Pin It on Pinterest