Avoir Peur, inévitable dans la Relation Parent-Enfant ?

par | Les émotions, Ta Vie de Famille | 17 commentaires

avoir la force d'affronter ses peurs

⭐ La peur fait partie des 4 émotions primaires qui jalonnent notre existence. De notre plus tendre enfance, jusqu’à notre dernier souffle, elle nous accompagne.

Avoir peur fait partie du quotidien.

Cette peur peut se présenter sous différentes facettes :

  • signal d’alerte face à un danger (ex : tu es devant une personne menaçante)
  • sentiment handicapant face à une situation nouvelle (ex : tu as le trac avant de parler en public)
  • émotion honteuse et envahissante (ex : tu n’oses pas parler à quelqu’un)
  • frisson recherché dans des sports de l’extrême ou des films d’horreur (ex : tu veux sauter en parachute)
  • angoisse lancinante qui pèse (ex : tu t’inquiètes sans cesse pour quelqu’un)
  • phobie irrationnelle (ex : tu perds tous tes moyens devant une araignée)

Il n’est pas toujours évident de composer avec la peur car, comme toute émotion, elle ne se contrôle pas. C’est une situation donnée qui déclenche la réaction émotionnelle.

J’en sais quelque chose, la peur a été une fidèle compagne de route ces dernières années.

  • Lorsque j’ai démissionné de l’Éducation Nationale pour devenir entrepreneuse, j’ai fait face à un joyeux florilège de peurs : peur de manquer d’argent, peur de décevoir mon entourage, peur de fragiliser ma vie de famille, peur de l’échec, peur d’inquiéter les gens qui m’aiment…
  • La naissance de ma fille a également marqué le début (ou le renouveau) de peurs insoupçonnées : peur qu’elle meurt par ma faute à l’accouchement, peur de ne pas être une bonne mère, peur de ne pas pouvoir la protéger, peur qu’elle souffre, peur qu’elle ne sente pas assez aimée, cauchemars où je la vois se noyer sous mes yeux…
  • Les peurs exprimées par ma fille m’interpellent parfois aussi : classique peur du noir, peur du couloir, peur des bruits de motos, peur d’aller chez le médecin, peur des (gros) chiens
chien qui arrive de face et peut impressionner un enfant

J’imagine que certaines de ces peurs te sont familières. Et que toi et tes enfants avez votre propre lots de peurs. Personnelles.

Dans cet article, je te propose de chercher à comprendre la peur et ses différents visages, pour mieux l’apprivoiser.

Voici les thèmes que nous aborderons :
1. Quels sont les mécanismes de la peur ?
2. L’élément incontournable caché derrière notre peur
3. « Mon enfant a peur » : que faire ?
4. 7 outils pour arrêter d’avoir peur

 

1.Quels sont les Mécanismes de la Peur ?

_

a) Est-ce normal d’avoir Peur ?

 

⭐ Il est parfaitement normal d’être en proie avec la peur, et il est surtout impossible de ne jamais avoir peur !

Au même titre que les autres émotions de base (joie, tristesse, colère), la peur est un élan intense qui vient de l’extérieur et qui se projette vers l’extérieur. C’est un événement ou une situation précise qui déclenche cette émotion.

Chaque émotion, qu’elle soit agréable ou désagréable, a une utilité. Dans le cas de la peur, il s’agit de prendre conscience d’une menace (physique, psychique ou émotionnelle) et de réagir pour assurer sa propre sécurité ou celles d’autrui.

 

apprendre à se défendre pour être en sécurtié

_

b) Comment se manifeste la Peur dans le Corps ?

 

⭐ La peur s’accompagne d’une multitude de sensations physiques.

 

« Nous ne devons pas avoir peur de toucher, de sentir, de montrer notre émotion. La chose la plus facile dans le monde est d’être ce que vous êtes, d’être ce que vous ressentez. La chose la plus difficile est d’être ce que les autres veulent que vous soyez. Ne les laissez pas vous mettre dans cette position. »

– Leo Buscaglia –

Ainsi, en cas de danger, il est très probable que tu ressentes certains de ces effets sur ton corps :

  • le cœur qui accélère
  • le sang qui afflue dans tes jambes (pour que tu puisses prendre tes jambes à ton cou)
  • alors que le haut de ton corps reste froid (pour garder la tête froide face au danger)
  • le corps qui tremble,
  • la chair de poule
  • le visage blême
  • la bouche sèche,
  • l’estomac noué
  • la gorge serrée
  • les mains moites
  • la respiration courte
  • la sensation de manquer d’air

Ces sensations sont gérées par le cerveau reptilien, en charge de notre survie.

 

avoir peur

Illustration signée Art-Mella

Ainsi, face à un danger ou à stress intense, le corps peut réagir de 3 manières :

  • la fuite
  • le combat
  • l’immobilisation

Voyons à présent les cause les plus répandues de la peur.

 

Avoir le coeur qui bat fort quand on a peur

_

c) Les peurs des enfants

 

⭐ Tout comme chez l’adulte, certains enfants sont naturellement plus craintifs que d’autres. Il n’y a pas lieu de s’inquiéter car cela fait partie de leur tempérament.

Voici une liste non exhaustive des peurs les plus répandues chez les enfants :

  • peur de la séparation
  • peur des étrangers
  • peur de l’abandon
  • peur des bruits inconnus (aspirateur, robot de cuisine, moto, tondeuse, etc.)
  • peur du noir
  • peur des monstres
  • peur des gros animaux
  • peur de l’orage
  • peur des clowns
  • peur du Père-Noël
  • peur des sorcières, des fantômes et autres créatures imaginaires
  • peur des voleurs
  • peur des médecins, des dentistes
  • peur des accidents
  • peur du vide
  • peur de la guerre ou des
  • catastrophes naturelles (s’il a vu des images à la télé)
  • peur de parler devant toute la classe
  • peur de l’école
  • peur de certains adultes

A mesure que l’enfant grandit, ses peurs deviennent de plus en plus proches de celles des adultes.

Lorsqu’un adulte est effrayé ou inquiet, son émotion fait d’ailleurs bien souvent écho à des événements de son enfance.

« La peur, c’est l’enfant qui nous panique. »

– Tahar Ben Jelloun –

_

d) Quelles sont les Peurs les plus répandues ?

 

Les peurs trouvent souvent leur source dans des situations ou des objets du quotidien :

  • peur de parler en public
  • peur des grands espaces
  • peur des lieux clos
  • peur de prendre l’avion
  • peur de rouler en voiture
  • peur de la nuit
  • peur des araignées, des serpents ou d’autres animaux
  • peur de la maladie
  • peur des microbes
  • peur du vide (vertiges)
  • peur de la foule
  • peur du regard des autres

 

se sentir seul et effrayé face à la foule

Derrière chaque émotion, et donc chaque peur, se cache également un besoin non satisfait ou une blessure ancienne.

Notre histoire personnelle et plus particulièrement notre enfance peuvent cristalliser des peurs qui n’ont pas été accompagnées et accueillies dans le passé. Elles ressurgissent dans la vie de l’adulte comme des monstres du placard.

  • peur du rejet
  • peur de l’abandon
  • peur de l’échec
  • peur de décevoir
  • peur de l’humiliation
  • peur pour quelqu’un
  • peur de quelqu’un
  • peur d’avoir peur
  • peur de la mort

« La peur de mourir résulte de la peur de vivre. Une personne qui vit pleinement est prête à mourir à tout moment. »

– Marc Twain –

Comme tu peux le voir, la peur est partout et à tout moment !

Reste à comprendre comment vivre avec sans souffrir en permanence.

peur de l'immensité

2. L’élément incontournable
caché derrière notre Peur

⭐ Au même titre que la colère, la tristesse, la honte, la culpabilité ou le dégoût, la peur est une émotion désagréable face à laquelle une seule question nous taraude : comment l’éradiquer ?

Petites précisions :

  • Inutile de chercher à « vaincre » la peur : elle n’est pas une ennemie.

Comme nous l’avons vu précédemment, elle est même très utile pour réagir de manière appropriée face à un danger et assurer notre sécurité. Sans peur, nous n’aurions pas conscience de la menace et serions des proies faciles et sans défense.

  • Inutile également de chercher à « te débarrasser » de la peur : ce n’est ni un virus, ni une tique agrippée à ta peau.

Non, la peur est tout simplement une compagne de route. Si tu apprends à l’accueillir comme émotion et à l’écouter, elle te révélera des secrets précieux sur ton fonctionnement.

 

les peurs masquées

_

a) Les Besoins masqués derrière chaque peur

 

⭐ Face à une même situation, tu peux être pétrifié de peur alors qu’une autre personne de ton entourage se sent tout à fait sereine. Ou vice versa.

Ainsi, ton enfant peut être tétanisé et cramponné à tes jambes parce qu’une mobylette vient de passer dans la rue, alors que toi, tu es plutôt amusé.e (ou agacé.e?) de l’entendre pétarader.

Cela nous ramène à un constat essentiel : chacun vit des émotions différentes face une même situation, selon sa perception de la réalité.

Ta perception du monde conditionne donc tes peurs. Et plutôt que de prendre la peur comme un élément isolé, tu peux au contraire te souvenir qu’elle est rattachée à tes besoins spécifiques.

Afin de les identifier, mettre des mots sur tes peurs peut se révéler utile.

Tu peux faire ce travail seul.e ou te faire accompagner par un.e professionnel.le si tes angoisses sont trop envahissantes et handicapantes au quotidien.

Par exemple :

  1. Peur exprimée : « Je crains d’être une mauvaise mère »
  2. Ce que l’on peut entendre : « je désire ou j’ai besoin d’être une bonne mère »
  3. Le désir relève de l’accomplissement et de la réussite personnelle
  4. Le besoin est lié à la confiance en soi, au besoin de reconnaissance

Cette démarche permet d’identifier d’où vient la peur. Elle n’est qu’une messagère qui t’informe des tes besoins. En prenant le temps de les écouter et les accepter, tu peux apprendre à les apprivoiser et vivre beaucoup plus sereinement ton sentiment de peur.

 

petite fille déguisée en wonderwoman

_

b) Comprendre ses besoins en profondeur

 

⭐ Quand tu es effrayé.e, tu peux parfois avoir l’impression que tout ton être est comme paralysé.

En réalité, c’est une petite partie de toi qui panique : ta partie vulnérable et sensible. On l’appelle également l’enfant intérieur.

 

« L’enfant que vous étiez vous habite encore aujourd’hui. Il porte en lui les frustrations et les blessures de l’enfance. S’il souffre, il vous pousse vers la colère, l’agressivité ou la dépendance. Apprenez à être pour votre enfant intérieur le parent bienveillant qui lui a parfois manqué. »

– John Bradshaw –

Il est donc intéressant de se poser la question : « quand j’ai la trouille, qui a peur en moi ? »

  • Est-ce le Parent (qui établit les règles) ?
  • Est-ce l’Adulte (qui pense, décide et résout les problèmes) ?
  • Ou est-ce l’Enfant Intérieur (qui ressent et réagit) ?

C’est presque toujours l’enfant en nous qui est submergé par sa peur.

Pour surmonter tes peurs, il s’agit donc avant tout d’être à l’écoute de ta part vulnérable. La fragilité de cette part de toi révèle une blessure ancienne qui n’a pas été entendue.

 

« Cette première étape consiste à reconnaître que vous avez un Enfant en vous et qu’il vous parle par l’intermédiaire de votre corps. Soyez attentif et disponible comme lorsqu’un enfant tire sur votre jupe ou sur votre jambe de pantalon, sauf que c’est en vous que cela se passe. »

– Margaret Paul –

enfant intérieur

Tu peux choisir de te comporter envers ton enfant intérieur avec la même Bienveillance que tu aurais à l’égard de tes propres enfants

Je t’invite à communiquer de manière non violente envers cet enfant et à t’adresser à lui avec une intention positive de croissance pour toi-même :

  • Qu’est-ce qu’il t’arrive? Raconte moi ce qu’il se passe.
  • Comment vis-tu cette peur ? Qu’est-ce que tu ressens ?
  • Est-ce que je peux t’aider ? De quoi as-tu besoin ?

Tu l’auras compris, l’élément incontournable caché derrière ta peur est un besoin. Ce besoin, c’est celui de ton enfant intérieur, dont la peur a été niée, minimisée, moquée ou refoulée.

C’est un travail très sérieux à entreprendre que d’aller rencontrer cette part instinctive et enfantine de soi-même. Cela nécessite du courage et d’avoir envie de transformer son rapport aux émotions.

Travailler sur soi pour mieux se comprendre. Transformer ses peurs en moteur pour avancer. Et en se transformant, transformer sa relation de couple, sa relation à ses enfants et contribuer à l’harmonie de sa vie de famille.

 

formation On Grandit Ensemble

 

Je te propose à présent de voir ensemble un certains nombre de pistes pour sortir de la peur et te libérer de ta souffrance.

Mais commençons d’abord par la peur de nos enfants.

 

3. « Mon enfant a peur » : que faire ?

Dans cette vidéo, je te présente plusieurs pistes concrètes :

4. Voici 7 outils pour arrêter d’avoir peur

_

# 1. Ta peur n’est qu’imagination

 

⭐ La peur est une perception erronée de la réalité.

 

« La peur est la sœur de l’imagination. »

– Emmanuel Ballet de Coquereaumont –

 

Une maman me confiait en séance de coaching qu’elle paniquait en pensant à l’entrée à l’école de sa fille. Peur qu’elle ne s’intègre pas, qu’elle ne comprenne pas les codes, qu’elle s’ennuie, qu’elle soit malheureuse, qu’elle souffre.

La vérité c’est que cette maman projette ses propres peurs sur son enfant. Et elle a le droit de ressentir de la peur. Son émotion est légitime et utile car cela lui indique qu’elle, petite fille, a peut-être vécu cela à l’école. C’est une blessure encore fragile.

L’émotion est également utile pour lui indiquer qu’elle peut faire un choix.

  • Choisir de continuer à subir sa peur
  • Ou choisir de la vivre et la traverser

En l’occurrence, elle peut faire le choix de faire confiance à sa fille, de se dire qu’en tant que mère elle lui a apporté les ressources nécessaires pour traverser cette situation et en sortir grandie. Choisir par ailleurs dans son rôle de maman d’affronter ses propres peurs et grandir également.

 

« Il n’y a pas de cause à la peur. Elle n’est qu’imagination. Elle te bloque comme une barre de bois tient une porte fermée. Brise cette barre. »

– Djalâl ad-Dîn Rûmi –

dépasser sa peur grâce à 7 outils

_

# 2. Ta peur est une opportunité

 

⭐ A condition de nourrir des scénarios positifs.

Demande-toi ce que tu as à apprendre de ta peur.

Demande-toi en quoi avoir peur va te permettre de grandir et de t’élever ! (et oui, on n’élève pas uniquement nos enfants)

 

« Souvent nous avons peur d’affronter les monstres virtuels qui sont en nous. L’imagination est bien plus destructrice que la réalité. Les montagnes qui jaillissent de notre tête semblent infranchissables, gigantesques, indestructibles. Elles sont le reflet de nos peurs enfantines. Ces montagnes ne sont que des mirages. Bien sûr faut-il encore le savoir. Nous ne sommes pas toujours prêt à passer au delà de nos peurs imaginaires. »

 

Nous sommes responsables des histoires que nous nous racontons car notre cerveau ne fait pas la différence entre une histoire vécue en pensée ou dans la réalité.

Voilà pourquoi il est essentiel d’alimenter les scénarios « feel good » et « happy ending ».

Et comme ton cerveau va créer ses scénarios à partir de ce qu’il a emmagaziné et répertorié en mémoire, arrange-toi pour stocker un maximum de souvenirs agréables chaque jour.

Pratiquer la gratitude chaque jour t’aidera à te créer une bibliothèque de victoires, de moments heureux, d’instants de joie. Cette bibliothèque alimentera à son tour tes scénarios positifs face à un événement qui t’effraie et te permettra de trouver des ressources pour dépasser tes peurs.

_

#3. Change tes dialogues intérieurs

 

⭐ Cela va dans le même sens.

Tu es responsable de la manière dont tu te parles dans ta tête.

Si ta petite voix intérieure ne cesse de te rabaisser, de te culpabiliser, de t’insulter… ton estime de toi sera fragilisée, et ta capacité à accueillir et traverser tes peurs également.

Honore-toi chaque jour, respecte-toi, encourage-toi à te dépasser et à être une meilleure personne.

En devenant une meilleure personne, tu deviendras un meilleur parent et tes relations n’en seront que pacifiée et améliorée.

Fais de ta petite voix intérieure une alliée qui t’aide à te remonter les manches et à te dire : « ok, j’ai les pétoches. Mais je vais quand même le faire et je vais grandir de cette expérience. »

 

force et détermination pour dépasser ses peurs

_

#4. Tu as le droit d’avoir peur

 

⭐ On l’a déjà évoqué précédemment.

Toute émotion est légitime et utile. Ta peur te donne des informations sur toi-même et te rappelle que tu es un être vulnérable.

Cela ne fait pas de toi quelqu’un de faible. Au contraire. Seules les personnes déterminées et audacieuses affrontent leurs peurs et acceptent leur zone de fragilité.

Tu as le droit de ressentir de la peur et tu peux te sentir fièr.e d’accueillir cette peur et de t’en occuper.

La peur n’a pas à générer de honte ou de culpabilité.

Dans une société où l’on exige que tu sois toujours plus fort.e, toujours plus parfait.e, c’est faire preuve d’énormément de courage que de faire le chemin inverse.
S’apprivoiser, s’amadouer et s’autoriser à éprouver de la peur.

 

_

#5. Sers-toi de ton corps pour dompter la peur

 

  • Respire

Respirer est un acte naturel, mais en situation de peur, il arrive que l’on oublie de le faire. Respire profondément et imagine que chaque inspir/expir te permet de prendre un peu de distance par rapport à la situation et t’apporte force et courage pour affronter ta peur.

  • Adopte une posture assurée

La façon dont ton corps se tient influence tes pensées. Redresse-toi, respire, lève la tête et fixe ton regard vers ton objectif : aller là où tu auras grandi, une fois que tu auras traversé ta peur.

  • Fais un pas de côté

En même temps que tu respires et que tu te redresses en te projetant positivement dans l’avenir, fais un petit pas sur le côté.
L’objectif ? Symboliquement, tu te dissocies de ta peur. Elle est à côté de toi, elle t’accompagne, mais tu vas aller de l’avant quand même.

  • Souris

Sourire permet de sécréter des hormones liées à la sensation de plaisir et au bonheur. Tu peux ainsi déconditionner les sensations physiques désagréables engendrées par la peur afin de te créer une autre réalité.
Souris à la vie, souris-toi à toi-même, souris à l’opportunité de grandir qui se présente à toi.

 

être zen et sourire

_

#6. Être dans le présent

 

⭐ Porter ton attention sur le présent te permet d’être pleinement connecté à l’instant. C’est une manière d’éviter de ressasser les regrets du passé (que tu ne peux pas changer de toute façon) et de projeter des peurs dans l’avenir (qui lui, n’est pas passé et dans lequel tu peux créer le futur épanouissant que tu mérites).

 

« N’ai pas peur de la vie : sens, regarde, laisse la vie vivre à travers toi. »

– Hokusai –

_

#7 : Traverser ta peur est une opportunité de faire grandir quelqu’un

 

⭐ Je sais que c’est difficile à croire tant qu’on ne l’a pas expérimenté.

Mais pense au regard lumineux de ton enfant lorsque tu es un héro pour lui (parce que tu as grimpé à un arbre ; parce que tu as bravé l’orage pour aller chercher son doudou qui était resté dans la voiture ; parce que tu as chassé une guêpe qui lui tournicotait autour).

Affronter tes peurs, c’est une opportunité de grandir pour toi. Mais c’est aussi une source d’inspiration pour les autres. Tes enfants… mais pas seulement.

 

arbres grandissent ensemble

 

Lorsque j’ai demandé ma démission à l’Éducation Nationale en 2018, mon entourage était sceptique. On me disait : « tu es sûre que tu ne veux pas prendre d’abord un mi-temps ou une disponibilité ? », « mais comment tu vas vivre ? », « tu es sûre que c’est une bonne idée ? »

J’avais déjà mes propres peurs et j’ai décidé de ne pas m’encombrer des leurs (même si je sais qu’ils me disaient cela en pensant m’aider!)

J’ai traversé ma peur. J’ai démissionné. Et ça n’a pas été facile. Mais peu importe : aujourd’hui, je vis une vie inspirante, lumineuse et je n’ai aucun regret.

Le plus drôle ? Les collègues et amis qui me mettaient en garde sont aujourd’hui ceux qui me disent : « tu as eu un sacré courage, ça m’impressionne », « ton parcours m’inspire beaucoup, ça fait du bien de savoir que toi tu l’as fait ! »

Encore plus dingue : comme j’ai témoigné de mon parcours de reconversion sur internet, je reçois régulièrement des appels de personnes que je ne connais pas (des profs au bout du rouleau) qui souhaitent échanger avec moi sur mon parcours.

Moralité ?

Tu peux affronter tes peurs pour toi, pour évoluer, pour grandir. Mais si ça ne te suffit pas, trouve le courage de passer à l’action et d’aller de l’avant en pensant à ceux que tu inspireras : tes enfants, ton mari, ta femme, tes parents, tes amis, un.e inconnu.e…

On a tous le pouvoir de faire grandir les autres, en nous élevant nous-même.

-

Cet article t'a plu ? Partage-le !

Articles similaires

L’AUTEURE DE CE BLOG

Valentine Magnée - Parents en Equilibre

Bonjour et Bienvenue !

J’ai créé PARENTS EN ÉQUILIBRE dans un seul but : te libérer du stress, de la fatigue et de tout ce qui t’empêche d’être Zen et Heureux.se en Famille. Te permettre enfin de te sentir bien dans ton corps, ton coeur et ta tête.

Comment je vais t’aider ?

En écrivant des articles approfondis qui placeront ton bien-être en haut de la liste des priorités. Et en te livrant les clés indispensables pour prendre soin de toi durablement.

Au plaisir d’échanger,

Valentine Magnée

LA CHAÎNE YOUTUBE

 

​Télécharge le Coffret des Parents en Équilibre

​pour Transformer ta Vie de Famille

ARTICLES POPULAIRES

17 Commentaires

  1. Nicolas

    Merci pour cet article Valentine ! Je connaissais la “signification”, l’origine du sentiment, de peur chez l’adulte lié directement à un instinct de survie, mais je ne connaissais pas le parallèle propre à l’enfant. Tes explications et ton article plus que complet est vraiment bon. Merci

    Réponse
    • Valentine Magnée

      En chacun d’entre nous sommeille effectivement un enfant Nicolas, et il a des choses à nous dire sur l’origine de nos peurs bien souvent 😉

      Réponse
      • Nicolas

        C’est ça qui est génial ! On a autant à leurs apporter qu’à apprendre d’eux ! Merci pour ton retour Valentine 🙂

        Réponse
    • Wendy

      Bonjour Valentine, merci pour cet article très intéressant. La peur est un sentiment qu’on expérimente tous et il est important de savoir l’accueillir. J’ai toujours été admirative des gens qui avaient peur mais qui ‘faisaient quand même’. Car c’est cela le courage et la persévérance. Je me reconnais tout à fait quand tu dis que tu devais déjà gérer tes propres peurs lors de ton changement de vie et que tu ne voulais pas t’encombrer de celle de tes proches, en plus ! C’est effectivement assez pesant de subir la peur de ceux qui s’inquiètent pour toi quand tu n’as pour les rassurer qu’un enthousiasme et une envie profonde d’aller de l’avant.

      Réponse
  2. Shirley

    Salut Valentine,

    J’aime beaucoup tes articles et celui-ci, sur la peur est vraiment très intéressant.

    Merci de partager tes connaissances avec nous.

    Réponse
  3. EVA G.

    Merci Valentine pour cet article très intéressant et très instructif. C’est une mine d’or aussi bien pour les parents que pour chacun de nous adultes. Car personne n’est pas épargnée par la peur et chacun tente à sa manière de la gérer avec plus ou moins de succès. Et en effet, nous devrions tous être un parent bienveillant pour notre enfant intérieur qui a été blessé 🙂 et appliquer tes précieux conseils 😉

    Réponse
    • Valentine Magnée

      Merci à toi Eva pour ce message. C’est effectivement un travail sur nous-même qui nous engagent tous 😉 Pas toujours agréable… mais ô combien utile

      Réponse
  4. Pierre-Favre

    La peur vient de l’imagination, c’est bien vu d’établir cette liaison. Il me semble avoir lu quelque part que l’on a d’avantage peur de l’idée que l’on ce fait d’une situation que de la situation elle même. Du coup la solution que tu propose d’imaginer régulièrement des “Happy end” semble parfaite pour se redonner courage.

    Réponse
    • Valentine Magnée

      Effectivement, les scénarios que l’on se crées sont en général beaucoup plus catastrophiques que les risques réels… malheureusement, ils empêchent bon nombre d’entre-nous de passer à l’action et de s’exprimer et s’épanouir pleinement

      Réponse
  5. Marie

    Je confirme. Avoir peur de mal faire avec nos enfants est inévitable ! Et il est vrai que ce sont bien souvent nos propres peurs que nous projetons sur eux. En être conscient permettra de travailler sur cela pour les libérer de cette peur qui ne leur appartient pas au final.

    Réponse
  6. Oum Khadidja

    bonjour valentine,
    article très détaillé 👍👍
    Finalement le stress que nous avons résulte aussi de la peur

    Réponse
  7. Agnès

    Merci pour cet article, j’aime bien la phrase :
    “Souris à la vie, souris-toi à toi-même, souris à l’opportunité de grandir qui se présente à toi”.

    Réponse
  8. Delphine

    Merci pour cet article très complet et très intéressant. J’ai particulièrement aimé le parallèle avec notre enfant intérieur, que l’on a vite tendance à oublier (ou refouler ?) une fois adulte

    Réponse
  9. cora

    Bonjour,
    Article très intéressant, j’aime bien les astuces pour prendre du recul face à la peur.
    Je vais les tester avec mes enfants !

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Téléchargez mon livre

"8 clés pour prendre soin de soi, tout en étant parent !"

qui traite de :

 

- comment prendre du temps pour soi et ne plus se laisser engloutir par le quotidien

- comment mettre en place de nouvelles habitudes de vie

- comment se sentir mieux et être heureux(se) en famille

Vous allez bientôt recevoir votre livre.

Pin It on Pinterest